Articles

Frère et sœur, Esther Gerritsen

Image
Ed. Albin Michel, collection Les Grandes Traductions, traduit du néerlandais (Pays-Bas) par Emmanuèle Sandron, 169 pages, 15€
Titre original : Broer


Phénomène littéraire aux Pays-Bas, Frère et sœur décortique les relations entre un frère et une sœur quand le malheur de l'un vient perturber le confort de l'autre. Depuis qu'ils sont adultes, Olivia et Marcus ne sont plus très proches. Ce dernier n'est plus le protecteur de sa sœur, celui qui lui accordait l'attention que ses parents n'avaient pas le temps de lui prodiguer. "Elle l'avait abandonné dès qu'elle avait été assez grande". Alors qu'Olivia a un bon métier et a fondé une famille, Marcus est dilettante, et cela s'en ressent même sur sa santé. Parce qu'il n'a pas pris au sérieux son diabète, le voilà sur le point de perdre sa jambe.
Le roman commence au moment où Marcus est en salle d'opération ; il appelle sa sœur dont il n'a pas de nouvelles depuis au moins une ann…

Le Chat qui venait du ciel, Hiraide Takashi

Image
Ed. Philippe Picquier, octobre 2017 (réédition), traduit du japonais par Elizabeth Suetsugu, 131 pages, 13€
Illustrations de QU Lan
Titre original : Neko no kyaku

A travers les liens qui se tissent entre un jeune couple et un chat c'est toute la beauté et la poésie de l'univers littéraire de l'auteur qui resplendissent.
Lorsqu'ils ont emménagé dans le pavillon d'une ancienne demeure entouré par un jardin luxuriant, le jeune couple a tout de suite décidé de prendre du temps afin de profiter au mieux de leur nouveau logis. C'est que cet écrin de verdure niché au cœur de la grande ville est une denrée rare, et même si le couple de vieux propriétaires ne veulent pas d'animaux domestiques, il n'a pas pu empêcher les chats du quartier de faire  du lieu un terrain de jeux.

Très vite, nos jeunes gens ont vu aller et venir un jeune chat au collier rouge et à la robe couleur de lune. La clochette qui y est suspendue annonce son arrivée. Il semble appartenir aux vo…

C'en est fini de moi, Alfred Hayes

Image
Ed. Gallimard, octobre 2017, traduit de l’anglais (USA) par Agnès Desarthe, 208 pages, 17€
Titre original : The End of me

A travers les pérégrinations d'Asher dans un New-York qu'il redécouvre, Alfred Hayes sème le trouble en distillant le désir chez un homme à un tournant de sa vie.
L'homme qui rampe sous le buisson, loin de la fenêtre et qui se met à courir au début du roman, c'est Asher. Il fuit sa femme, l'amant de celle-ci, mais aussi sa vie.
"je n'ai rien détruit, alors que pendant que je faisais ma valise je sentais monter en moi une pulsion, étreinte par le sanglot, de tout saccager dans la maison (...) Après avoir terminé mes bagages, je n'ai rien fait de tout cela. A la place, j'ai parcouru la maison de fond en comble pour allumer toutes les lumières". Cela fait longtemps que le téléphone ne sonne plus, alors il vit de ses rentes de scénariste à succès. Comme plus rien ne le retient - même plus le sourire pincé de son épouse - Asher re…

Un Été près du lac, Heather Young

Image
Ed. Belfond, Collection Le Cercle, traduit de l'anglais (USA) par Carla Lavaste, 384 pages, 21.5 €
Titre original : The Lost girls



Premier roman qui ravira les amateurs(rices) d'histoire familiale entachée par un secret plombant et un drame non élucidé, sur plusieurs générations. Quand Justine apprend par un avocat qu'elle vient d'hériter d'une maison au bord du lac et d'un compte en banque bien fourni, elle ne réfléchit  pas, fait ses bagages, et quitte avec ses deux filles la banlieue de Sans Diego pour sa nouvelle propriété dans le Minnesota. Qu'importe si le climat est radicalement différent et  qu'elle abandonne sans laisser d'adresse son nouveau petit ami, Patrick, un compagnon (trop) parfait à son goût. Justine vient en fait d'hériter de Lucy, sa grand tante qui a toujours vécu au même endroit avec sa sœur Lilith et sa mère. D'elle, la jeune femme ne conserve qu'un souvenir d'enfance assez flou mais néanmoins heureux, c'est…

Le Passé, Tessa Hadley

Image
Ed. Bourgois, septembre 2017, traduit de l'anglais par Aurélie Tronchet, 420 pages, 22 €
Titre original : The Past


Chez Tessa Hadley, les petites histoires du passé ont une incidence sur le présent et n'ont pas fini d'influencer les personnages.
Dès le début du roman, on pourrait se croire dans un roman britannique du dix-neuvième siècle : dans la chaleur de l'été, une fratrie se retrouve dans la vieille demeure familiale pour décider ou non de sa vente. Trois sœurs et un frère, des enfants, des adolescents, une nouvelle épouse réapprennent à se connaître, se découvrent, et tentent d'apprivoiser les petites manies de l'autre. Harriet est la seule célibataire, mais elle se plaît à passer des moments seule avec Pilar, la nouvelle épouse de son frère Roland, pour nager dans la piscine, en rivière, ou en bord de mer.
"Harriet hésita sur le bord avant de la rejoindre. Quand Pilar tituba dans le courant, qui était assez fort bien que l'eau ne leur montât qu…

Hillbilly Elegie, J.D. Vance

Image
Ed. Globe (Ecole des Loisirs), septembre 2017, traduit de l'anglais (USA) par Vincent Raynaud, 488 pages, 22€

On pourrait dire que J.D Vance est un survivant, pourtant il n'a jamais été sur le front, et sa vie n'a jamais été vraiment en danger ; mais, il a grandi au sein d'une famille de Hillbilies, haute en couleurs.
Hillbilly Elégie est un témoignage essentiel sur la société contemporaine américaine. Pour nous, lecteurs français, sa lecture ressemble à celle d'un roman de science-fiction tant nos références sociétales et nos systèmes de valeurs diffèrent. Sur bien des exemples cités, on se croirait dans La Vie est un long fleuve tranquille, le film d'Etienne Chatiliez (1988), tant l'enfance et l'adolescence de l'auteur ressemble à une comédie de moeurs.
"Voilà la véritable histoire de ma vie et la raison pour laquelle j'ai écrit ce livre. (...) Je veux qu'on sache quelle vie mène les plus pauvres et qu'on mesure l'impact de cette…

La Passerelle, Lorrie Moore

Image
Ed. Points Seuil, avril 2011, traduit de l'anglais (USA) par Laetitia Devaux, 416 pages, 7.60€
Titre original : A Gate at the Stairs

Quand Tassie décroche le job de nounou chez Sarah et Ed, elle croit avoir décroché le travail idéal d'étudiante : bien payé, famille modèle, et la petite Mary-Emma très facile à gérer. Sauf que...

... Au fil du temps, le tableau idyllique vieillit mal, se fissure même.

Tassie a gardé sa naïveté provinciale. Issue d'une famille d'agriculteurs du Midwest, elle est arrivée sur le campus de Troie avec euphorie  car elle découvrait les attraits de la ville dont elle ne soupçonnait même pas l'existence.
"Je venais du lycée de Dellacrosse ainsi que d'une petite ferme sur l'ancienne route de Perryville, et m'étais retrouvée dans la ville universitaire de Troie, l'Athènes du Midwest. J'étais comme sortie d'une grotte, telle l'enfant prêtre d'une tribu colombienne, celle que j'avais étudiée en anthropologie…