Accéder au contenu principal

Pickpocket, Nakamura Fuminori


Ed. Philippe Picquier, traducit du japonais par  Myriam Dartois-Ako, janvier 2013, 192 p. 17,50 €

 Vivre hors des conventions

 

Prix Kenzaburô Oe 2010


Il erre au hasard des rues de la mégalopole Tokyoïte, repérant les passants bien habillés ou affairés, signes extérieurs d’un portefeuille bien rempli. Il se rapproche alors de sa future victime, la bouscule imperceptiblement tout en plongeant l’index et le majeur dans le manteau, dernier obstacle vers le trésor, le symbole de toute une vie :
« Un portefeuille livre le caractère de son propriétaire, son style de vie. Comme le téléphone portable, il est au cœur de secrets d’une personne, de ce qu’elle possède, un pivot central ».
Etre pickpocket c’est tout un art, c’est aussi un choix selon le narrateur : le choix de vivre sans contraintes, sans attaches, bref être libre : un « acte qui réfutait toutes les valeurs, qui annihilait toutes les contraintes ». Mais, on peut être un voleur et avoir des principes, comme celui de détrousser seulement des gens aisés, ou rester solitaire.
Cette petite entreprise se complique lorsque notre personnage se voit contraint par son mentor de remplir une mission pour honorer une dette de yakusas. Enfin, elle devient potentiellement mortelle lorsque la dette en question inclut la vie d’un petit garçon pour lequel il s’est pris d’affection.
Ainsi, voler des portefeuilles, « une des rares splendeurs de la vie » devient un acte de survie de soi et des autres. Pourtant, le narrateur croyait s’être érigé une forteresse contre les agressions extérieures :
« J’ai érigé des murs autour de moi et vécu comme tapi dans les interstices sombres de la vie ».
S’approprier le bien des autres, c’était alors ressembler un peu à eux, lui qui n’avait jamais rien. Or, avec le temps, l’activité de pickpocket se révèle acquérir une toute autre dimension :
« – Tu es pickpocket, non ? C’est dingue. Mais je ne crois pas que c’est l’argent qui t’intéresse.
– La fin, peut-être.
J’avais répondu brusquement.
– La fin ?
– Le genre de fin que j’aurai. Comment finit quelqu’un qui a vécu ainsi. C’est ce que j’ai envie de savoir ».
Nakamura Fuminori a écrit un roman policier qui, finalement, n’en est pas un. L’intrigue est réduite au point de ressembler à un fil d’Ariane ténu, une colonne vertébrale aboutissant à une réflexion plus ample sur le sens d’une vie vécue volontairement hors des conventions. Le personnage du petit garçon est fort intéressant. Miroir du narrateur au même âge, ce dernier se fait un devoir que l’enfant ne le prenne pas pour modèle.
Et si finalement l’activité de pickpocket n’avait pas pour vocation d’être une activité que seule une mort (violente) peut suspendre ? En effet, le narrateur se rend compte que sa vie se résume à un seul mot que beaucoup assimilent à une notion parasite.
Histoire d’amitié, réflexion sur les blessures du passé et les conventions sociales, roman policier avec juste ce qu’il faut de suspens, ce livre est toutes ces choses à la fois, et on se laisse emporter…

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

L'Eté de Katya, Trevanian

Récit d'un amour malheureux durant le dernier été avant la Grande Guerre, L'été de Katya est aussi un thriller psychologique qui amène inexorablement le lecteur vers un épilogue dramatique. Jean-Marc Montjean est revenu sur Salies, petit village du Pays Basque d'où il est originaire, après avoir fait ses armes à Paris en tant que médecin. Il assiste le docteur Gros, figure locale et coureur patenté. A Salies tout le monde se connaît, et les rumeurs vont toujours bon train. Depuis quelques temps, la famille Treville est venue emménager à Etcheverria, une propriété quasiment à l'abandon. On sait peu de choses d'eux sinon qu'ils sont très discrets.
"Ce premier coup d’œil, par-dessous mon canotier, fut distrait et rapide, et je replongeai dans mes pensées. Sauf que, presque immédiatement, mon regard fut de nouveau attiré."
Lors d'un après midi à révasser, Jean-Marc croise une ravissante jeune fille qui lui demande de l'aide : son frère est tombé en…

Si un inconnu vous aborde, Laura Kasischke

Dans ce recueil de textes courts, Laura Kasischke déploie tout son talent déjà apprécié dans ses romans : celui de mettre en place le malaise, de suggérer l'indicible sans le confirmer, bref d'emballer notre imagination...
Méfions-nous ! Tout ce qui paraît à première vue normal ne l'est peut-être pas ! La normalité n'est qu'un miroir sans teint qui cache de douloureux secrets ou des comportements "border line".
Dans un Midwest englué de chaleur ou gelé, Laura Kasischke rentre dans l'intimité de personnes dont la vie va basculer. Ces gens pourraient être vous ou moi, et c'est ce qui rend ces nouvelles familières pour le lecteur.

« Ici, pas besoin de rappeler aux gens de s’occuper de leurs affaires. On pouvait bien agoniser sur la pelouse, ils étaient du genre à tirer poliment les rideaux pour ne pas nous offusquer en remarquant quoi que ce soit. C’était le genre de banlieue où, tous les dix ans environ, se produisait quelque chose d’abominable. Déco…