Accéder au contenu principal

Swamplandia, Karen Russell

 Ed. Albin Michel, août 2012, 480 pages, 22.5 euros


Pour la famille Bigtree, Swamplandia est l’incarnation du paradis terrestre. Petite île de la Floride, ils y vivent depuis des années, en harmonie avec la nature, et y ont fait prospérer un parc d’attractions voué aux alligators dont le clou du spectacle était le plongeon de la mère au milieu des reptiles. Or, depuis le décès de cette dernière, rien ne va plus. Le père, surnommé Chef Bigtree, n’arrive plus à gérer le parc, les visiteurs sont de moins en moins nombreux, et les trois enfants, Ava, Ossie et Kiwi, le garçon, s’enferment dans leur chagrin.
De plus, à côté de chez eux, l’ouverture d’un parc d’un nouveau genre n’arrange pas leurs affaires…
« La Vie, c’est un phonographe dans une pièce vide. Le Monde, un disque silencieux qui tourne ».
Le silence et la solitude envahissent Swamplandia. Seule Ava tente « de sauver les meubles », mais ce n’est pas facile avec une famille aux antécédents familiaux  particuliers :
« Eh bien, pour commencer ma sœur de seize ans est folle, elle a des hallucinations visuelles et auditives… La plus petite fait du rodéo sur des alligators, mon père se prend pour un chef indien… Et aujourd’hui mon grand-père saute sur les gens pour les mordre ».
Tel est le triste constat fait par Kiwi, parti à l’aventure sur le continent afin de trouver de l’argent pour continuer ses études.
Malgré les aléas et les défections familiales, Ava reste avec sa sœur Ossie sur l’île. Cette dernière sombre petit à petit dans la folie en se croyant mariée à un fantôme, puis disparaît du jour au lendemain. Partie à sa recherche vers le Chas de l’Aiguille, « genre de Charybde et Scylla », Ava va rencontrer un Oiseleur et entreprendre avec lui un voyage initiatique dont elle en reviendra mûrie.
Karen Russell raconte l’histoire d’une famille unie, heureuse, qui perd tous ses repères lorsque « le pilier familial » disparaît. Dès lors, l’unité se désagrège. Chacun part de son côté pour vivre seul son chagrin et trouver une solution pour sauver leur parc. Malgré les doutes, leur foi aux valeurs familiales les fait tenir et les fait avancer.
« La foi c’est une force intérieure, et le doute, un corps étranger, une poussière dans l’œil. Une chose appartenant au triste monde des adultes ».
L’écriture est souvent fantasque, les scènes souvent drôles, ce qui permet de mettre un peu de légèreté et de relativité dans les soucis de la famille Bigtree. Et surtout, l’affection est mise en valeur ; elle est l’incarnation de ce qui perdure lorsque rien ne va plus, et ce sur quoi on peut compter :
« Au moment où il (papa) fit un pas en avant, ça m’était bien égal de perdre notre île. A nous quatre – nous cinq en comptant maman –, nous étions cette île. Nous formions à nouveau une famille, et cette affection partagée était le plus chaleureux des foyers ».
Ava, la cadette, est la narratrice du roman. A travers le prisme de l’enfance qui s’achève et avec elle les certitudes, le lecteur lit avec délectation les aventures de la famille Bigtree, dresseurs d’alligators de père en fils, joyeux hurluberlus pour les uns, famille modèle pour tant d’autres.

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

L'Eté de Katya, Trevanian

Récit d'un amour malheureux durant le dernier été avant la Grande Guerre, L'été de Katya est aussi un thriller psychologique qui amène inexorablement le lecteur vers un épilogue dramatique. Jean-Marc Montjean est revenu sur Salies, petit village du Pays Basque d'où il est originaire, après avoir fait ses armes à Paris en tant que médecin. Il assiste le docteur Gros, figure locale et coureur patenté. A Salies tout le monde se connaît, et les rumeurs vont toujours bon train. Depuis quelques temps, la famille Treville est venue emménager à Etcheverria, une propriété quasiment à l'abandon. On sait peu de choses d'eux sinon qu'ils sont très discrets.
"Ce premier coup d’œil, par-dessous mon canotier, fut distrait et rapide, et je replongeai dans mes pensées. Sauf que, presque immédiatement, mon regard fut de nouveau attiré."
Lors d'un après midi à révasser, Jean-Marc croise une ravissante jeune fille qui lui demande de l'aide : son frère est tombé en…

Si un inconnu vous aborde, Laura Kasischke

Dans ce recueil de textes courts, Laura Kasischke déploie tout son talent déjà apprécié dans ses romans : celui de mettre en place le malaise, de suggérer l'indicible sans le confirmer, bref d'emballer notre imagination...
Méfions-nous ! Tout ce qui paraît à première vue normal ne l'est peut-être pas ! La normalité n'est qu'un miroir sans teint qui cache de douloureux secrets ou des comportements "border line".
Dans un Midwest englué de chaleur ou gelé, Laura Kasischke rentre dans l'intimité de personnes dont la vie va basculer. Ces gens pourraient être vous ou moi, et c'est ce qui rend ces nouvelles familières pour le lecteur.

« Ici, pas besoin de rappeler aux gens de s’occuper de leurs affaires. On pouvait bien agoniser sur la pelouse, ils étaient du genre à tirer poliment les rideaux pour ne pas nous offusquer en remarquant quoi que ce soit. C’était le genre de banlieue où, tous les dix ans environ, se produisait quelque chose d’abominable. Déco…