Articles

Affichage des articles du août, 2014

Billet d'humeur (2) En septembre, lis ce que tu veux!

Image
Malgré quelques réflexions et interrogations formulées sur les réseaux sociaux, NON je ne lirai pas certains des romans qui font le buzz sur la toile ou dont on parle beaucoup dans les médias.
N'y voyez aucun snobisme de ma part, seulement, chez moi, la lecture reste un plaisir avant tout, et dans ce plaisir, je garde précieusement le loisir de choisir ce que je vais lire. Certes, si "une commande de lecture" m'était faite, je l'honorerai, mais présentement, Fragments de lecture est avant tout le miroir de ce que je lis.
Pourquoi miroir ? Car force est de constater qu'on ne peut pas être le lecteur de tout. Heureusement la littérature offre un choix large et varié pour ne pas s'enfermer dans la lecture de romans que tout le monde va lire et qui vont imprégner le paysage littéraire.
Alors, loin de moi Amélie Nothomb, Grégoire Delacourt, Eric Reinhardt et d'autres. Loin de moi aussi les livres qui me font peur pour plusieurs raisons dont parfois celle …

NEWSLETTER (38)

Image
Rendez-vous hebdomadaire du samedi, la Newsletter vous propose des liens vers des articles littéraires (ou non) de la semaine, et un récapitulatif de mes lectures en cours,  de mes coups de cœur,  et pourquoi pas, parce qu'il y en a aussi,  de mes coups de gueule! De retour pour de nouvelles aventures livresques avec, tous les samedis, la newsletter pour partager avec vous les infos littéraires utiles (ou non) de la semaine glanées sur le net.

Après moult aventures, disputes et rumeurs, la Comédie Française a enfin un nouveau directeur. Murielle Mayette est partie, cédant le poste à Eric Ruf, nommé par l'Elysée (rien que ça!).L'article du Bibliobs est très intéressant car il revient surles années Mayette, et tente d'expliquer facilement comment la situation a pu s'envenimer au fil du temps:
http://bibliobs.nouvelobs.com/theatre/20140716.OBS3792/eric-ruf-45-ans-prend-la-tete-de-la-comedie-francaise.html.





Pour les retardataires, je vous rapelle que nous sommes en p…

RUE DES ALBUMS (56) Ephémère, Frédéric Marais

Image
Ed. Les fourmis rouges, avril 2013, 28 pages, 16.5 euros.

Vivre une journée "Les éphémères ont en effet un destin bien singulier, ils ne vivent que pour êtres mangés.
Mais l'esprit rebelle cet éphémère était né, nullement résigné à se laisser avaler."

Un jour, dans la nature un éphémère naît. Il n'a que vingt-quatre heures pour profiter de la vie et découvrir son milieu naturel, car comme son nom l'indique sa vie est éphémère.
Sur fond de vert, de noir et de vert, l'insecte ailé, orange, décide de déjouer les dangers innombrables et de trouver une amoureuse avant de s'éteindre.
C'est parti pour l'aventure! "Il était spectateur, il deviendrait acteur" du temps qui lui est accordé. Par contre, il s'agit de faire des priorités avant de sombrer...

Le danger rôde en noir à chaque page: ombre d'une araignée, d'un oisillon, d'une grenouille, car tous ces animaux sont pourvus d'une bouche pour se nourrir, contrairement à l'…

FRAGMENTS DE BD (7) Malpasset, Eric Corbeyran et Horne

Image
Ed. Delcourt, collection Mirages, mars 2014, 160 pages, 18.95 euros


Le 2 décembre 1959, à 21h, le barrage de Malpasset à Fréjus se rompt. C'est la plus grande catastrophe civile du 20ème siècle.450 morts dont un tier d'enfants; 4000 sinistrés.50 millions de mètres cubes d'eau déversées dans la vallée. En cette journée du 2 décembre, la population de Fréjus et beaucoup d'agriculteurs  étaient préoccupés par le barrage. En effet, des hélicoptères de la préfecture l'avaient survolé le matin même, car les niveaux d'eau étaient au maximum à cause des fortes pluies d'automne. "Le communiqué publié dans l'après-midi est toutefois parvenu à rassurer tout le monde."
Cependant, à 21 h, victime des pressions gigantesques et de la friabilité de la roche, le barrage de Malpasset cède. Une vague de 60m va mettre 25min pour rejoindre le centre ville de Fréjus distant de 10km. Même si la lune est présente dans le ciel, l'obscurité est totale, ce qui compliq…

La vie devant ses yeux, Laura Kasischke

Image
Ed. Le Livre de Poche, traduit de l'anglais (USA) par Anne Wicke, 336 pages, avril 2014, 7.1 euros

(Lu dans le cadre du partenariat #lecamionquilivre)

Tue-la. Ne me tue pas.
"La vie était courte.
Sa vie était parfaite.
Et c'était sa vie à elle."
Diana a quarante ans, une vie familiale et professionnelle bien rangée, bref une vie qu'elle ne voudrait changer pour rien au monde. Qu'il est loin le temps où, élève au lycée de Briar Hill, elle brillait pour son exubérance et ses aventures sentimentales avec des partenaires plus âgées! La mère de famille épanouie n'a plus rien à voir avec la lycéenne délurée, un peu livrée à elle-même, qui partageait tous ses secrets avec la brune Maureen.
"Briar Hill, avec ses coquettes maisons de bois et ses façades de briques" est resté tel quel malgré la vingtaine d'années passée. Seul un nouveau monument à la mémoire des victimes de la fusillade du lycée a été érigé devant le bâtiment. Diana passe devant tous les…

Les fidélités, Diane Brasseur

Image

Malabourg, Perrine Leblanc

Image
Ed. Gallimard, collection La Blanche, février 2014, 192 pages, 16.9 euros.


Parfum de meurtre

Dolores Claiborne, Stephen King

Image
Ed. Pocket, traduit de l'anglais (USA) par Dominique Dill, novembre 2012, (réédition), 315 pages, 6.8 euros.

Une vie de m...
Dolores Claiborne est le long monologue d'une femme abîmée par la vie, "esquintée" par son mari selon le terme de sa patronne Vera Donovan, sorte de Tatie Danielle avant l'heure...
"Je jure devant Dieu que Vera Donovan serait ma mort, je l'ai su la première fois que je l'ai vu", dit-elle au policier chargé de prendre son audition. En effet, Dolores est entendue en tant que témoin assisté après la mort étrange de sa patronne. Mais pour la gouvernante, c'est l'occasion unique de tout déballer. Le polcier se substitue un peu au prêtre, la confession commence dans laquelle il n'interviendra jamais. Tout commence trente ans  en arrière, soit au moment de la mort de son mari Joe Saint-Georges...
"J'ai soixante-cinq ans, et j'ai su pendant au moins cinquante de ces années qu'être un humain, ça veut dire …

Un hiver en enfer, Jo Witek

Image
Ed. Actes Sud Junior, août 2014, 335 pages, 14.8 euros

L'enfer, c'est ma mère!
Paul-Thomas, Rose et Edward Barzac ont tout pour être heureux: Paul-Thomas, architecte renommé a accumulé une petite fortune qui protège sa famille du besoin; son épouse, Rose, est une ancienne pianiste virtuose, et leur fils Ed est un enfant unique gâté. Oui, tout est parfait... en apparence. Car depuis la naissance d'Ed, Rose a été diagnostiquée maniaco-dépressive, ponctuant sa vie de séjours en clinique psychiatrique, incapable de créer un lien maternel avec son enfant, le regardant "avec ce même regard triste qui barrait tout espoir de rentrer en contact avec elle." Alors, le père, pour pallier ce manque affectif, engage toutes les trois ans une "maman de substitution", une nounou qui saura lui prodiguer quelques conseils et gestes de chaleur essentiels, sans pour autant s'attacher à lui comme une mère.
Paul-Thomas aime sa femme et tente désespérément de maintenir un s…

Automne, Jan Henrik Nielsen

Image
Ed. Albin Michel Jeunesse, collection Wiz, traduit du norvégien par Aude Pasquier, janvier 2014, 333 pages, 15.9 euros.

L'automne du monde
Nanna et sa petite sœur Fride vivent recluses avec leur père dans le bunker de la maison familiale située sur une île du Fjord. Aussi loin qu'elle se souvienne, Fride a toujours connu les murs humides de leur refuge, les repas chichement pris dans la réserve, et les histoires dans les albums qui racontent un monde fait de bruit, de monde et d'herbe verte.
Le bunker, construit lors de la seconde guerre mondiale, possède un périscope. Les filles, chaque jour, contemple le paysage désolé environnant, que seules les vagues de la mer animent:
"Aucun bruit, aucun mouvement alentour. Rien que le sifflement du vent dans les arbres et le froissement des feuilles tombées à terre. Nanna aimerait tant voir pousser des bourgeons verts tout neufs, mais la nature, comme les humains, est tombée malade. Tout ce qui vivait est en train de mourir.&qu…

Retour à Little Wing, Nickolas Butler

Image
Ed. Autrement, août 2014, traduit de l'anglais (USA) par Mireille Vignol, .... pages, 22 euros

Amitiés indéfectibles
"Quand j'avais nulle part d'autre où aller, je revenais ici. Quand je n'avais rien, je revenais ici. Je revenais ici et je créais quelque chose à partir de rien. (...) Et à chaque fois que je revenais, j'étais entouré de gens qui m'aimaient, qui tenaient à moi, qui me protégeaient sous une espèce de cloche de tendresse. C'est ici que j'entends tout: le monde qui palpite différemment, le silence qui résonne comme un accord joué il y a une éternité, la musique dans les trembles, les sapins, les chênes et même les champs de maïs."
Ici c'est Little Wing, petite ville imaginaire du Wisconsin, où ont grandi quatre amis: Ronny, Lee, Hank et Kip, qui malgré des parcours différents ont préservés une amitié indéfectible:
"Ces hommes qui se sont toujours connus. Ces hommes qui sont tous nés dans le même hôpital, qui ont été mis au …

Madame Diogène, Aurélien Delsaux

Image
Ed. Albin Michel, août 2014, 144 pages, 13.5 euros

La déroute d'une vie.
Dans un appartement d'un immeuble parisien, une vieille femme se terre, isolée volontaire des gens et de la société:
"Mais, recroquevillée dans son terrier, elle se sent parfaitement à l'abri. Rien du monde des hommes ne peut l'atteindre. Elle sait que la lumière du jour, le bruit (les voitures, les corps), tout finira, bientôt."
De sa vie, on sait peu de choses: une nièce lointaine, un amour et des enfants avortés, un frère chéri, mais tout cela se perd dans les méandres de sa mémoire et dans de vieilles photos crénelées, au point qu'elle ne sait plus son nom, et la parole se résume à des traces sur les carreaux de son logis.
Pourtant, ses voisins, eux, ne l'oublient pas. En effet, incommodés par la puanteur infecte qui se dégage, ils tambourinent à la porte et ne cessent de la harceler ou la menacer d'une expulsion prochaine. A l'intérieur, hormis le couloir d'entré…

La part des nuages, Thomas Vinau

Image
Alma éditeur, août 2014, 16 euros

Rompre avec la routine.