La Part des ténèbres, Stephen King

Ed. Pocket, traduit de l'anglais (USA) par William Olivier Desmond, réédition novembre 2011, 541 pages, 7.7 euros

"Les moineaux volent de nouveau."


Comme Romain Gary avec Emile Ajar, Stephen King s'est piqué aussi  d'un pseudonyme, Richard Brachman, auquel il a donné la paternité de quelques textes. Dans ce roman, l'auteur s'attaque au thème de l'écrivain et son double, une relation à la fois fusionnelle et envahissante dont il n'est pas facile de mettre un terme.
Thad Beaumont est un jeune écrivain, auteur de deux livresorté un succès d'estime. Sa gloire littéraire, il la doit en fait à son pseudonyme, George Stark, nom sous lequel il a écrit une trilogie sanglante et violente, mettant en scène un certain Alexis Machine. Seulement voilà, suite à un chantage d'un homme ayant deviné la véritable identité de Stark, Beaumont décide de dévoiler au grand jour que Stark et lui sont un seul et même homme, mettant fin, pour la même occasion, à un petit jeu littéraire qui lui pesait de plus en plus.
" Car George Stark n'avait aucune réalité, pas plus qu'Alexis Machine - ce personnage fictif d'un auteur fictif. Aucun des deux n'avait jamais existé, pas plus que Stendhal ou George Eliot, ou Mark Twain, ou Lautréamont, ou Lewis Caroll. Les pseudos ne sont qu'une forme plus haute de personnage de fiction."
Dans le magazine People, la révélation est mise en scène par des photos chocs où on voit Thad Beaumont à côté de la pierre tombale de pacotille de George Stark. Même si son épouse Liz et lui ont répugné cette séance photos, ils se sentent libérés d'un poids. Pourtant, peu après, notre jeune écrivain est en proie à des maux de têtes récurrents, accompagnés d'un bruit caractéristique rappelant une nuée de moineaux en vol. Cela lui rappelle sa jeunesse quand, l'année de ses onze ans, il avait du se faire opérer d'une tumeur frontale au cerveau.
"Des moineaux.
Des moineaux et un ciel blanc de fin de printemps. Le tintamarre lui remplissait la tête, énorme cacophonie, et lorsqu'il tira à lui une feuille de papier et se mit à écrire, ce fut sans avoir conscience de ce qu'il faisait."
Dans le même temps, une série de meurtres horribles se déroule, touchant des personnes proches de l'écrivain. Ce dernier est même soupçonné puisque les empreintes lui correspondent!
Désireux de trouver une explication conforme aux lois de la nature pour le désinculper, Beaumont veut comprendre pourquoi il a souvent la sensation terrifiante de glisser hors de son corps, et pourquoi aussi, George Stark semble avoir pris vie alors que jusque là son existence était purement fictive. Se réponses passent par les moineaux, oiseaux qualifiés de psychopompes par la mythologie grecque:
"leur fonction est de guider les âmes perdues dans la terre des vivants. Ils sont l'avant-garde, en d'autres termes, des morts-vivants."
Dès lors, se profile un face à face entre l'écrivain et son double qui se refuse à disparaître.

Le double de l'écrivain apparaît comme une part des ténèbres qui, une fois mis en valeur, a du mal à disparaître.A travers un double fictif, un auteur peut se permettre de transgresser les règles qu'il s'est données dans son processus d'écriture. Il devient la boite de Pandore littéraire, défouloir romanesque, qui, dans ce roman, s'incarne en un être sans foi ni loi, dénué de valeur, qui ne doit son existence qu'à l'imagination de l'autre.
En usant à la fois de l'intrigue policière et fantastique, Stephen King soulève la question de l'identité et des difficultés de gérer la notoriété de son double littéraire, surtout lorsque ce dernier connaît un succès retentissant. Parfois, cette relation avec soi-même frise la schizophrénie, alors il faut y mettre un terme avant que la situation devienne ingérable. Néanmoins, tuer son moi-fictif, n'est-ce pas se tuer un peu aussi?

Un classique à découvrir.



Posts les plus consultés de ce blog

ZERO K, Don DeLillo

Le Gardien des choses perdues

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro