De haute lutte, Ambai

Ed. Zulma, février 2015, traduit du tamoul par Dominique Vitalyos et Krishna Nagarathinam, février 2015, 213 pages, 18 euros.

Être une femme en Inde.


De haute lutte plonge le lecteur dans le quotidien de la femme indienne et la complexité de son statut. A travers quatre nouvelles, ce recueil met en avant ses personnages féminins. A chaque fois, même si elles sont cultivées, bardées de diplômes, ou occupent un poste professionnel important, elles ne sont que l'épouse de quelqu'un. Ainsi la réussite n'est qu'une façade. En Inde, on reste d'abord la propriété d'un homme, et ce dernier a tous les droits sur elle:
"En bonne représentante de la tradition féminine hindoue, pour peu qu'il fut son mari, elle aurait consacré sa vie à un lépreux."

Ambai raconte quatre récits de vie dont le point commun est la position de la femme au sein du foyer familial. Mariées à un drogué violent, un avare, ou un chanteur jaloux de la supériorité de voix de son épouse, elles ne peuvent fuir leur position.Même un statut de veuve ne leur permettrait pas de "revivre":
"On l'avait offerte à Bhaskaram, un homme plus âgé qu'elle et plus fort physiquement. Elle était sa propriété, au même titre que le sofa et ses coussins. Si son mari mourait, on tirerait un trait sur elle. Rideau. Fin."

Les femmes indiennes ont conscience de n'être qu'un objet, d'abord de convoitise, puis ensuite reléguées au même rang que les meubles domestiques. Alors, au quotidien, à elles d'entreprendre de menus désobéissances, de rêver les yeux ouverts, d'espérer trouver la force pour obtenir une liberté trop durement perdue:
"C'est alors qu'une pensée interdite aux femmes hindoues depuis des temps immémoriaux surgit à sa conscience. Elle devait, elle voulait, elle allait le quitter. Comme un élastique étiré jusqu'à la limite de la résistance, son endurance se brisa net et elle se sentit plus légère. (...) Dans l'espace libéré, ses projets d'avenir se dilataient. Sa décision était prise."

Peut-on vivre éternellement dans l'ombre d'un homme, comme le rappelle la tradition hindoue, alors que votre esprit crie sa rage et sa colère d'être soumise? Comment respecter les traditions alors qu'on se sait intellectuellement supérieure à un homme qui vous soumet?
Les histoires mettent en avant quatre portraits de femmes fortes qui développent des stratégies pour ne plus subir cette humiliation permanente.
Ambai emploie le ton juste, a happé des fils de vie avec une simplicité déconcertante, soucieuse de montrer toute la complexité du statut des femmes dans l'Inde d'aujourd'hui.

Très belle découverte.



Ambaï, nom de plume de C.S. Lakshmi, est une femme de lettres, originaire du Tamil Nadu, au sud de l'Inde. Ecrivain, traductrice, universitaire reconnue, Ambaï compose patiemment une œuvre d'une grande finesse littéraire, récompensée par de nombreux prix. L’œuvre d'Ambaï est une immense découverte, inédite en français.(Source éditeur)

Posts les plus consultés de ce blog

Le Gardien des choses perdues

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro

RUE DES ALBUMS (126) Le bain de Berk, Julien Béziat