Brainless, Jérôme Noirez

Ed. Gulf Stream, collection Electrogène, mai 2015,  256 pages, 16 euros.

Au pays de la "zombitude"


Jason Beermann est un adolescent américain qui a eu la fameuse idée de vouloir battre le concours local de rongeur d'épis de maïs. Il était bien parti pour entrer dans les annales, sauf qu'il est mort étouffé avant.
Lorsqu'il a repris conscience à la morgue, on lui a seulement expliqué qu'il était atteint de de coma homéostatique de type alpha, le SCHJ. En fait, Jason est bel et bien mort, mais c'est un zombie:
"On ne doit pas dire mort-vivant, zombie, revenant, mais parler de "revivant" ou "survivant". Je trouve ça ridicule. Je suis un mort-vivant. Je suis un zombie. Et fier de l'être."

Son cas n'est pas unique, et comme il n'atteint que les jeunes, il a été décidé que ces derniers devaient continuer (tant bien que mal) à vivre normalement. Ainsi, Jason, surnommé Brainless par ses copains, retourne au lycée, suit les cours, fait du sport (enfin essaye), flirte avec Cathy. Sauf que le temps qui passe n'est pour lui qu'"une succession d'instants présents", et que son cerveau tourne au ralenti.

Techniquement, son corps a quasiment cessé de vivre, et pour éviter qu'il ne pourrisse, il s'injecte des doses journalières de formol. Quant à ses pensées, elles sont dans un brouillard constant, parfois stimulées par l'ingestion de viande crue. Car, contrairement à ce que suggère son surnom, Brainless a aussi des moments de lucidité et de conscience, et parmi eux, celui de ne pas céder à la panique lorsque s'offrent devant lui des morceaux de cervelle....

"Moi, Brainless, je suis mort. Et vous, vous êtes vivants.
Mais n'oubliez jamais que c'est juste provisoire."
Même sa petite amie Cathy, la gothique au grand cœur, a accepté son état et s'en accommode, tout comme sa mère, qui, elle, lutte chaque jour contre sa répugnance.
Finalement, au lycée de Vermillion, dans le Dakota du Sud, ce n'est pas Brainless le plus siphonné. Entre le professeur de sciences propriétaire d'un labo clandestin, le proviseur, adepte d'humiliations en tout genre, ou le duo Jim-Tony en mal de popularité, le syndrome de coma homéostatique juvénile n'est qu'une maladie parmi d'autres, qui va se révéler très utile quand le duo voudra entreprendre un carnage dans l'établissement...

Les éditions Gulf Stream inaugure leur nouvelle collection grand format Electrogène (une collection hétérogène, électrique et érogène) avec ce titre, mélange de fantastique et de policier, à l'humour corrosif et aux situations sanguinolentes.
Certes, on surfe encore sur des thèmes maintes fois développés en littérature jeunesse, mais ce roman tire son épingle du jeu en faisant du zombie le personnage principal qui se confie un chapitre sur deux. Dès lors, Jérôme Noirez bouscule les idées reçues sur le thème véhiculé depuis 1978 et le film La nuit des morts-vivants.
Brainless ressemble par moment à un scénario de série ou de film. Au passage, quelques scènes s'en trouvent exagérément violentes (surtout à la fin) mais n'enlèvent rien à la pertinence de l'ensemble.
Gulf Stream frappe fort avec ce premier titre décalé, détonnant, et actuel finalement.

A partir de 12 ans.