Les disparus de Mapleton, Tom Perrotta

Ed. 10/18, janvier 2015, traduit de l'anglais (USA) par Emmanuelle Ertel, 470 pages, 8.80 euros.

Le Ravissement


Comment gérer l'absence d'êtres aimés surtout lorsqu'elle est inexplicable?
C'est la question de départ posée par ce roman à la fois fantastique par l'événement relaté, mais aussi sociétal par la trame choisie.
Car l'action se situe après ce fameux 14 octobre, jour que la planète appelle désormais le Ravissement. Au même moment, sans explication aucune, des millions de personnes disparaissent. Ce sont des enfants, des adultes, des célébrités, même des chefs d'Etat (Poutine en fait partie). Depuis, à défaut de trouver une cause rationnelle, ceux qui restent gèrent comme ils peuvent l'absence de leurs proches.

De fait, Tom Perrotta décide de braquer sa loupe d'entomologiste sur une petite ville du Midwest, et plus précisément sur la famille  Garvey. Par bonheur, le couple et les deux enfants n'ont pas disparu, mais le Ravissement a provoqué une faille béante et a disloqué le quotidien de ces américains. Les dégâts sont énormes : alors que Kevin, le père, tente de tourner la page en prenant les fonctions de maire, son épouse s'est réfugiée  chez les CS, les pénitents des coupables survivants, congrégation religieuse reconnaissable entre mille par leur tenue immaculée et leur éternelle cigarette allumée.
"Elle avait trouvé ce qu'elle cherchait chez les CS, un régime d'épreuves et d'humiliation qui au moins vous offrait la dignité d'avoir le sentiment que votre existence entretenait encore un quelconque rapport avec la réalité, que vous n'étiez plus engagé dans un jeu de faux-semblants qui allait consumer le reste de votre vie."

Enfermés dans leurs problèmes, ils n'ont pu empêcher le départ de leur fils Tom dans la secte Saint Wayne, dirigée par un gourou allumé et adepte de jeunes filles, ni stopper l'attitude de plus en plus "border line" de leur fille Jill.

A Mapleton, il y a eu un avant et après 14 octobre. Et même s'il faut continuer à vivre malgré l'absence, les habitants font face chaque jour à un sentiment irrépressible de culpabilité, de responsabilité. Pourquoi eux et pas nous se demandent-ils ? Était-ce parce qu'ils étaient purs, ou parce qu'ils incarnaient le pêché aux yeux de Dieu?
Alors, tout autour de la famille Garvey, l'auteur dresse une galerie de personnages secondaires, gérant de façons différentes ce fameux Ravissement...

Les disparus de Mapleton raconte les conséquences d'un dysfonctionnement à l'échelle mondiale recentrées dans une bourgade américaine. Le roman ne propose aucune explication  mais en fait l'Evénement qui reconsidère tout ce qui remplissait la vie d'un citoyen avant : la famille, le travail, la société de consommation. A travers une société qui se reconstruit lentement sans pouvoir oublier, Tom Perrotta propose une réflexion sur la culpabilité et la victimisation à des échelles différentes.

Ce roman a inspiré une série produite par HBO au titre éponyme en anglais: The Leftovers.


Posts les plus consultés de ce blog

Le Gardien des choses perdues

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro

RUE DES ALBUMS (126) Le bain de Berk, Julien Béziat