Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du novembre, 2015

FRAGMENTS DE BD (13) Thésée et le Minotaure, Béatrice Bottet et Emilie Harel

Ed. Casterman, collection La Mythologie en BD, octobre 2015, 12.50 euros.
Déjà parus dans la même collection:
Les aventures d'Ulysse (tomes 1 et 2)Isis et Osiris, les enfants du désordre.
 Cette collection Casterman a tout compris: la BD est le mode de lecture préféré des enfants, et la mythologie l'un des thèmes les plus attractifs chez le jeune lecteur.
Le dernier né de la série s'intéresse au mythe de Thésée et reprend dans l'ordre les épisodes mythiques qui ont conduits le jeune prince grec à affronter le monstre Astérios. En fin de livre, un glossaire et un mini guide encyclopédique enrichissent les connaissances apportées par la lecture de l'ouvrage.

La BD est divisée en six parties égales. Elle commence par l'origine de la naissance de Thésée, fils du roi Egée et d'Ethra, et se termine par le retour du prince victorieux mais étourdi, car il a oublié de hisser les voiles blanches annonciatrices de victoire.
Alors que Thésée semble au premier abord un j…

Enon, Paul Harding

Ed. 10/18, traduit de l'anglais (USA) par Pierre Demarty, septembre 2015, 284 pages, 7.50 euros.

Survivre à son enfant
Enon, bourgade de la nouvelle Angleterre, est un petit coin de paradis pour qui sait encore apprécier la nature. C'est là que la famille de Charles Crosby vit depuis plusieurs générations, dans une vieille maison qui tient debout par des miracles de réparations de fortune. Charles est bien connu à Enon où il entretient les jardins et les parcs de nombreux habitants. Lorsqu'il a du temps libre, il parcourt à pied les différents chemins de randonnées qui mènent aux marais, au lac, au sanctuaire des oiseaux dont certains sont tellement habitués à la présence de l'Homme, qu'ils viennent picorer dans votre main.
Charles est un contemplatif qui savoure le temps présent et se contente de ce que l'existence lui propose. Depuis la naissance de sa fille Kate, il y a treize ans, il s'évertue à lui transmettre ce que son grand-père lui a appris. Mais …

Kaé ou les deux rivales, Sawako Ariyoshi

Ed. Mercure de France, octobre 2015, réédition, traduit du japonais par Patricia Beaujin et Yoko Sin, 224 pages, 16.80 euros.

Pour un époux et un fils
Japon fin du XVIII ème siècle. La jeune Kaé admire le visage d' Otsugi, l'épouse du médecin de son grand-père, dont la rumeur raconte qu'elle a été guérie autrefois d'une maladie qui la rendait difforme. Depuis, elle incarne non seulement la beauté et l'épouse modèle.
Justement, quelques années plus tard, Otsugi recherche une compagne pour son fils aîné, Seishû Umpei, qui achève loin de chez lui ses études de médecine. Kaé devient sa promise grâce à la noblesse et à la richesse de sa famille. Même si ce mariage se déroule par procuration, Kaé est rayonnante car elle va pouvoir enfin vivre aux côtés de celle qu'elle admire tant.
"Dès la première épreuve de sa vie de femme, elle se trouvait prisonnière de la beauté d'Otsugi. Son éventuel futur mari, Umpei, n'occupait aucune place dans son esp…

RUE DES ALBUMS (113) Le loup tombé du livre, Thierry Robberecht et Grégoire Mabire

Ed. Mijade, octobre 2015, 24 pages, 12 euros.

Dans la chambre de Zoé, la bibliothèque est remplie de livres, au point que parfois il y en a un qui tombe. Cette fois-ci il s'agit d'un album où un loup est le héros. Avec la chute, le loup sort brusquement du livre et se retrouve dans un lieu inconnu pour lui.

Point de forêt, point d'arbre, point d'animal à dévorer, mais une pièce avec des jouets, des couleurs, des poupées. C'est l'angoisse, surtout que le chat de Zoé a repéré le loup :
"Le problème c'est que dans la chambre de Zoé dormait un chat, un chat énorme qui, à la vue du loup, se pourléchait déjà les babines."

La seule solution est de se réfugier sous son livre, mais les animaux à l'intérieur l'en empêchent puisqu'il ne tient pas compte de l'ordre du récit! Alors, il grimpe dans la bibliothèque à la recherche d'une nouvelle cachette! Princesses et dinosaures l'accueillent tout en lui faisant comprendre qu'il n'…

RUE DES ALBUMS (112) Du bruit sous le lit, Jean-Marc Mathis

Ed. Thierry Magnier, octobre 2015, 34 pages, 9.90 euros.

Il s'en passe des choses sous le lit quand petit bonhomme est couché, lumière et porte fermées ! La cachette devient le repère d'un monstre répugnant dont le seul but est de terroriser le locataire du dessus. D'habitude, il suffit juste de faire du bruit pour terroriser le jeune voisin, mais cette fois-ci, le petit garçon ne s'en laisse pas conter :
- "C'est pas fini tout ce boucan? Je voudrais dormir, moi !"

Alors, le monstre sous le lit utilise une nouvelle technique: l'exagération. Il tente de faire croire qu'ils sont plusieurs, ou que son apparence est si répugnante et abominable qu'il est quasiment impossible de s'imaginer à quel point il est repoussant! Sauf que cela ne marche pas non plus. Le gamin se lève, interroge, discute, au point que les rôles s'inversent : il menace le monstre sous le lit de faire intervenir son père dont il lui dresse un portrait assez exagéré aussi…

Peindre, pêcher et laisser mourir, Peter Heller

Ed. Actes Sud, octobre 2015, traduit de l'anglais (USA) par Céline Leroy, 379 pages, 23 euros.

Se sentir vivant
En mai 2013, Peter Heller faisait son entrée avec un roman éblouissant, La constellation du chien (Actes Sud), fable écologique post-apocalyptique dans laquelle le chagrin d'un homme se diluait dans la contemplation de la beauté d'une nature en pleine mutation.
Ce second roman s'inscrit dans la même veine : une nature sauvage et indomptable qui apaise les tourments d'un père en proie au deuil et aux appels sourds de la violence.

Pêcher dans les courants de la Sulphur à la tombée de la nuit, ou peindre rapidement les images qui s'imposent à lui, sont les seuls remèdes que Jim Stegner a su trouver pour juguler le chagrin qui l'envahit depuis le décès de sa fille Alce, à l'âge de quinze ans. Et c'est cette interprétation unique de la nature et des personnages dans ses toiles qui ont fait de lui un peintre en vogue. Mais Jim fuit tout cela. La…

Le livre de Jonas, Dan Chaon

Ed. Points Seuil, août 2014, traduit de l'anglais (USA) par Hélène Fournier, 471 pages, 8.10 euros.

Mon frère, cet étranger
Jonas est à la fois un rescapé et un être manquant. Quand il était enfant, le doberman de la famille lui a sauté au visage et l'a laissé pour mort dans la baignoire. Jonas vivait  dans le Dakota  avec son grand-père et sa mère, Nora. Autant l'aïeul lui témoignait intérêt et affection, autant Nora le repoussait tout en regrettant devant lui l'abandon de son premier né à la naissance. L'arrivée de Jonas puis son comportement plus tard envers elle était "une punition qui lui [était] infligée", une revanche de l'enfant perdu.

Jonas a aimé sa mère d'un amour exclusif ; il l'a aimée pour deux tout en se demandant pourquoi lui était resté auprès d'elle et pas son frère. En grandissant, il se demande si sa vie aurait été différente avec une autre famille ou une fratrie réunie. Alors, à la mort de Nora, Jonas décide de prendr…

Billet d'humeur (12) L'écriture et le vide

Chaque livre que je commence est pour moi un instant rare, le moment suspendu d'une promesse faite souvent par le nom de l'auteur ou le titre. Au fil des années, j'ai appris à ne plus croire les quatrièmes de couverture ; ils ne servent qu'à me donner une idée, à me situer. Je tente de m'éloigner de la logique publicitaire et des citations "coup de poing".

Je tourne les pages, je corne celles qui contiennent une phrase, un passage, ou ce que j'aime appeler une fulgurance littéraire. Oui, je corne les pages comme d'autres soulignent au crayon à papier ou annotent dans la petite marge. Et contrairement à ce que je peux lire régulièrement sur les réseaux sociaux ou entendre lors de diverses rencontres littéraires, cela ne fait pas de moi une ennemie du livre, ou pire encore une mauvaise lectrice.

Mais qu'est-ce qu'un mauvais lecteur dans le fond? Est-ce celui qui saute des passages, qui lit en diagonale, ou qui lit la fin avant le reste? Lir…

DEUIL NATIONAL

REVIVAL, Stephen King

Ed. Albin Michel, traduit de l'anglais (USA) par Nadine Gassie et Océane Bies, octobre 2015, 448 pages, 23.49 euros.

A Harlow dans le Maine, l'arrivée du nouveau pasteur méthodiste Richard Jacobs est vécue comme un événement : sa jeunesse détonne, sa gentillesse rassure, et sa petite famille, son épouse Patsy et son fils Morrie, le rapproche de sa communauté. Lorsqu'il rencontre Jamie pour la première fois, ce dernier a six ans. Il joue dans le jardin, au soleil, quand il sent soudain une ombre l’envahir. C'est celle du pasteur, venu rencontrer ses parents. Jamie apprécie tout de suite cet homme qui, très vite, lui dévoile sa passion : l'électricité. Lorsqu'il ne prêche pas ou ne s'occupe pas du club des jeunes, Charles Jacobs mène des recherches sur l'électricité, et plus particulièrement sur l'électricité cachée. Découverte soi-disant par un romain, Scribonius, elle est ensuite le sujet principal d'un livre du quinzième siècle écrit par un cer…

L'homme qui fuyait le Nobel, Patrick Tudoret

Ed. Grasset et Fasquelle, octobre 2015, 240 pages, 18 euros.

Tristan Talberg, écrivain de son état, apprend qu'il vient d'être couronné du Prix Nobel de littérature. C'est d'abord la stupéfaction puisqu'il s'est toujours pris pour un auteur assez mondain dont un seul de ses écrits a connu un véritable succès d'édition. Puis son côté misanthrope prend le dessus. En retrait de la vie littéraire et artistique depuis le décès de son épouse cinq ans plus tôt, il décide que le Nobel ne l'aura pas : le vacarme médiatique se fera sans lui. Rien dans sa vie de veuf éploré ne le poussera à accepter ce prix prestigieux.

Cependant, il se rend bien vite compte qu'il est difficile de se cacher de la horde de journalistes qui tente de le localiser. A défaut de pouvoir rentrer sereinement chez lui, il fuit comme un voleur chez un couple d'amis dans une région bien tranquille ; là, il décide d'adopter une nouvelle silhouette et prendre de la distance par rap…

Carthage, Joyce Carol Oates

Ed. Philippe Rey, octobre 2015, traduit de l'anglais (USA) par Claude Seban, 597 pages, 24.50 euros.

Maudite