Accéder au contenu principal

Pristina, Toine Heijmans

Ed. Bourgois, janvier 2016, traduit du néerlandais par Danielle Losman, 383 pages, 18 euros.

Partir - Rester


Albert Drilling est un homme organisé, le fonctionnaire rêvé tant il est dévoué au service de sa hiérarchie. "Chasseur d'illégaux", il est en charge des dossiers les plus délicats, et pour cela, il a carte blanche si l'affaire est menée avec discrétion. Son métier est devenu une passion, et justifie plus ou moins son abord froid et méticuleux. Car Albert Drilling est avant tout un homme seul, sans ami, qui consacre sa vie à chercher la reconnaissance de ses pairs.

Dépêché sur une petite ile isolée au large des côtes néerlandaises pour localiser et renvoyer une migrante illégale, il croit que sa mission ne va lui prendre que trois jours. Il n'a qu'un nom : Circa Dosta, mais surtout la certitude que les insulaires vont se montrer coopératifs. Il se trompe.

La jeune femme ne s'appelle plus Circa Dosta. C'est Irin Past désormais, anagramme de Pristina, la ville kosovare dont apparemment elle est originaire. De son passé, elle ne sait rien ou plutôt ne garde-t-elle que de vagues souvenirs, car elle a quitté le pays très tôt en compagnie de son père. D'ailleurs, c'est ce dernier qui lui a choisi son nouveau patronyme, certain qu'"un nom n'a pas besoin de signifier quelque chose Un nom doit être rond". Elle est arrivée sur l'île avec trois cents autres migrants. Les iliens, au départ, étaient réticents face à l'arrivée de ces inconnus, mais avec le temps ces étrangers sont devenus des voisins ou des amis. Alors, lorsque les autorités décident de les renvoyer chez eux, le bourgmestre Bengt et son ami Hero, le pilote du ferry, cachent Irin pour "préserver l'équilibre et la bonne entente de la communauté". De toute façon, la jeune femme s'est parfaitement intégrée. Lorsqu'il la rencontre, Albert est incapable de déceler un accent dans ses intonations. Irina ne lui cache pas son statut, mais espère lui transmettre une part d'humanité qui l'empêchera d'aller au bout de sa mission.

"J'ai appris la langue, les usages, j'ai un travail, une valeur pour les gens d'ici. Ils ont besoin de moi, j'ai besoin d'eux.
J'ai une valeur ici."
Albert est l'incarnation du pragmatisme néerlandais qui interpelle souvent les immigrés. Sa profession ne l'autorise pas à l'empathie. Néanmoins, au contact d'Irin, la distance s'efface petit à petit. Le rempart d'indifférence cède. Sans pour autant renoncer à sa mission, il désire néanmoins l'aider, tout en la renvoyant dans son pays d'origine. Comment valoriser une vie au Kosovo alors qu'Irin a construit la sienne sur l'île ?
"Le Kosovo n'est pas un pays. C'est un trou, un puits. Ceux qu'on jette dedans n'en ressortent jamais."

Toine Heijmans construit son roman sur un face à face entre deux personnes que tout sépare, mais qui, par la force des événements, vont être contraintes d'apprendre à se connaître. Pristina est surtout un roman sur l'immigration en générale et la manière dont elle est gérée aux Pays-Bas en particulier.

Irin symbolise tous ces gens "ballotés" d'un endroit à un autre par les autorités, habitués à subir depuis longtemps les violences physiques et psychologiques. Irin demande simplement un droit à l'oubli, au-delà du droit d'asile. Elle revendique son statut d'être humain, au même titre que celui qui la pourchasse. Elle n'est pas qu'un dossier dans un cabinet ministériel, mais aussi une personne avec une histoire douloureuse et une réelle volonté d'intégration dans un pays qu'elle considère désormais comme le sien.

Pristina est un roman intéressant, très actuel, qui pointe du doigt les failles d'un système parfois concentrationnaire. Néanmoins, le dernier tiers manque de souffle en déplaçant l'action vers la ville kosovare, avec un Albert qui doute et tourne en rond. Heureusement, jusqu'à la fin, Irin Past porte le récit, par sa grâce et sa révolte.

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

L'Eté de Katya, Trevanian

Récit d'un amour malheureux durant le dernier été avant la Grande Guerre, L'été de Katya est aussi un thriller psychologique qui amène inexorablement le lecteur vers un épilogue dramatique. Jean-Marc Montjean est revenu sur Salies, petit village du Pays Basque d'où il est originaire, après avoir fait ses armes à Paris en tant que médecin. Il assiste le docteur Gros, figure locale et coureur patenté. A Salies tout le monde se connaît, et les rumeurs vont toujours bon train. Depuis quelques temps, la famille Treville est venue emménager à Etcheverria, une propriété quasiment à l'abandon. On sait peu de choses d'eux sinon qu'ils sont très discrets.
"Ce premier coup d’œil, par-dessous mon canotier, fut distrait et rapide, et je replongeai dans mes pensées. Sauf que, presque immédiatement, mon regard fut de nouveau attiré."
Lors d'un après midi à révasser, Jean-Marc croise une ravissante jeune fille qui lui demande de l'aide : son frère est tombé en…

Si un inconnu vous aborde, Laura Kasischke

Dans ce recueil de textes courts, Laura Kasischke déploie tout son talent déjà apprécié dans ses romans : celui de mettre en place le malaise, de suggérer l'indicible sans le confirmer, bref d'emballer notre imagination...
Méfions-nous ! Tout ce qui paraît à première vue normal ne l'est peut-être pas ! La normalité n'est qu'un miroir sans teint qui cache de douloureux secrets ou des comportements "border line".
Dans un Midwest englué de chaleur ou gelé, Laura Kasischke rentre dans l'intimité de personnes dont la vie va basculer. Ces gens pourraient être vous ou moi, et c'est ce qui rend ces nouvelles familières pour le lecteur.

« Ici, pas besoin de rappeler aux gens de s’occuper de leurs affaires. On pouvait bien agoniser sur la pelouse, ils étaient du genre à tirer poliment les rideaux pour ne pas nous offusquer en remarquant quoi que ce soit. C’était le genre de banlieue où, tous les dix ans environ, se produisait quelque chose d’abominable. Déco…