Articles

Affichage des articles du mars, 2016

Maison de rêve, Craig Higginson

Image
Ed. Mercure de France, février 2016, traduit de l'anglais (Afrique du Sud) par Gabrielle Lecrivain, 304 pages, 23.50 euros.

Bonheur de pacotille

"Il est venu ici pour assister à la résurgence de sa haine à lui et de sa peur à elle, et il est prêt à attendre toute la nuit s'il le faut".
Il, c'est Looksmart, le petit zoulou adopté par Patricia, la maîtresse du domaine où il est né, devenu homme d'affaires comblé et riche, revenu sur les lieux de sa jeunesse pour affronter une dernière fois celle qui lui a tant apporté, mais pour qui, depuis son départ, il voue une rancœur tenace.

Patricia est désormais une vieille femme impotente qui vit au milieux des cartons. Sa propriété est vendue, elle part pour sa résidence à Durban en compagnie de son mari devenu complètement sénile. Ne lui reste plus que Beauty et Becky, ses fidèles domestique.On est en Afrique du Sud : les propriétaires sont blancs, les domestiques sont noirs...

Looksmart et Patricia ont vécu un drame …

RUE DES ALBUMS (116) Sin le veilleur, Françoise de Guibert et Audrey Calleja

Image
Ed. Seuil Jeunesse, mars 2016, 40 pages, 13.5 euros.

Ô une tache !
Mais qui est cette silhouette longiligne, éprise de liberté, qui, la nuit tombée, visite les chambres des enfants ?
Sin le Veilleur revient de loin. Coincé depuis longtemps entre deux pages d'un cahier jauni d'écolier remisé au grenier, il a enfin réussi à s'échapper de son cahier. Il ne connaît rien du monde. Pour lui, tout est nouveauté. Né sur du papier, "tache dans un cahier", il rêve désormais d'aventures :
"La brise lui fait tourner la tête, les parfums et les bruits l'enivrent".

Très vite, il se sent attiré par les enfants endormis. A quoi rêvent ces petites bouilles ? Mais, à vouloir s'approcher trop près, Sin a réussi à leur faire peur. Il n'a pas de mots pour apaiser. Alors, il accepte son nouveau statut :
"Sin se sent puissant. Il n'est plus une tache sans importance. Il est sorti de son cahier, il a effrayé les humains".
Même si la méthode laisse …

Trois jours et une vie, Pierre Lemaître

Image
Ed. Albin Michel, mars 2016, 288 pages, 19.80 euros.

Dimension tragique
Un moment d'énervement, un mauvais geste, et la certitude que la vie ne sera plus jamais comme avant.
La culpabilité est une chose étrange qui vous mine, vous ronge, vous ôte tout instant de légèreté. Et quand on a douze ans et toute la vie devant soi, elle est d'autant plus prégnante qu'elle vous enlève toute perspective d'avenir et réduit vos possibilités de fuite. Alors, Antoine, depuis la disparition de Rémi, n'en peut plus des visages consternés, des rumeurs, des nuits sans sommeil où il s'imagine les multiples scénarios possibles de l'aveu. Le poids de son secret est trop lourd à porter si bien qu'il espère intimement que la vérité éclatera bientôt au grand jour :
"Le flot de larmes d'Antoine était intarissable. Inexplicablement, il y avait du bonheur dans cet instant. Celui d'un soulagement qu'il n'espérait plus. C'était fini, et ses pleurs étaient ceu…

Annihilation, Jeff VanderMeer

Image
Ed. Au Diable Vauvert, mars 2016, traduit de l'anglais (USA) par Gilles Goullet, 224 pages, 18 euros.
La Trilogie du Rempart Sud, tome 1.
" Je marche encore et encore sur le chemin qui va de la frontière au camp de base. Ca prend du temps et je sais que ça en prendra encore plus au retour. Il n'y a personne avec moi. Je suis toute seule. Les arbres n'en sont pas les oiseaux n'en sont pas et je ne suis pas moi mais seulement quelque chose qui marche depuis très longtemps... "

Les quatre femmes scientifiques, une psychologue, une anthropologue, une biologiste et une géomètre, ont accepté de traversé la frontière pour se rendre en Zone X et cartographier le mieux possible ce no man's land.
La découverte d'une tour, ou plutôt d'un tunnel (puisque la tour s'enfonce dans le sol au lieu de s'élever dans les airs) va compromettre la mission. A l'intérieur, une entité biologique écrit sur la paroi une phrase en constante transformation. Même si l…

Don Quichotte sur le Yantsé, Bi Feiyu

Image
Ed. Philippe Picquier, traduit du chinois par Myriam Kryger, mars 2016, 192 pages, 18 euros.

Sagesse
Don Quichotte sur le Yangtsé, c'est Bi Feiyu enfant, lorsqu'il faisait des terres stériles où il vivait avec sa famille son terrain de jeu, le lieu où il a vécu des joies intimes mais aussi des souffrances immenses. Il s'y battait contre une armée de roseaux, regardait les nuages dans le ciel, et se promettait e connaître une vie meilleure que ses parents.
Car l'auteur, qui a connu une enfance pauvre, a grandi en pleine Chine communiste dans laquelle la notion de propriété n'existait plus. Les années 70 ont vu l'émergence de l'obscurantisme dans lequel "le principe de réalité avait disparu". Son père, homme savant et discret, était un enseignant rejeté car qualifié de "droitiste", tandis que sa mère, enseignante elle-aussi, était mieux considérée. L'auteur a déménagé au gré des mutations de son père ; il en garde des souvenirs intens…

Jeune Fille à l'ouvrage, Yoko Ogawa

Image
Ed. Actes Sud, février 2016, traduit du japonais par Rose-Marie MAKINO-FAYOLLE,  224 pages, 20 euros.

"Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices"...(Lamartine, Le Lac)

Les nouvelles de ce recueil ont vingt ans, et pourtant elles gardent cette fraîcheur et cet éclat mystérieux propres aux textes de Yoko Ogawa.
Le temps est suspendu, les protagonistes ne courent pas après lui. Ils  accueillent les événements les plus insolites avec calme et sérénité comme s'ils allaient de soi. "Ce qui brûle au fond de la forêt" a fait du temps une notion qui n'existe plus. Pour cela, il suffit juste de se faire retirer la glande ressort de l'oreille, privilège accordé aux résidents d'un centre d'hébergement.
"Quand je passe seul le moment qui précède la tombée de la nuit, je réalise à nouveau que je suis arrivé dans un monde où il n'y a pas de temps. Le temps s'écoule haut dans le ciel, là où la main ne peut le saisir, et je suis blotti to…

Les Petits orages, Marie Chartres

Image
Ed. L’École des Loisirs, collection Medium, février 2016, 278 pages, 16.5 euros.

Grandir
Moses Laufer Victor Leonard a quinze ans. Sale âge. Rien ne va jamais : l'acné, les parents, le lycée. Mais pour Moses Laufer, qui doit son superbe prénom à un spécialiste de l'adolescence, tout est amplifié : les boutons évoluent en cratères sur son visage, ses parents sont un couple de psychanalystes qui ont des soucis de communications avec lui alors qu'ils devraient posséder les clés pour communiquer, et le lycée est un vaste hall de solitude. Pour couronner le tout, notre narrateur se sent comme "une écharde géante" puisqu'il boite. Sans canne pour marcher, point de salut, et ses jambes le font tellement souffrir qu'il est une armoire à pharmacie vivante.

Or, comme tous les gamins de son âge, Moses rêve d'aventures. L'arrivée d'un nouvel élève, un amérindien du nom de Ratso, l'intrigue. Grand, bedonnant au point d'avoir le ventre hors du T-sh…

L'ours est un écrivain comme les autres, William Kotzwinckle

Image
Ed. 10/18, traduit de l'anglais (USA) par Nathalie Bru, janvier 2016, 288 pages, 7,10 euros.


Enfin ! Arthur Bramhall le tenait enfin ce manuscrit qui allait faire de lui un écrivain célèbre. Désirs et Destinés a juste ce qu'il faut d'intrigue, de sexe et de bons mots pour enthousiasmer un grand nombre de lecteurs. En attendant, pour plus de sécurité, Arthur décide de le cacher à la campagne, sous un arbre et un tas de brindilles. Sauf qu'un ours est en train de l'observer. Une fois l'écrivain parti, il feuillette les pages et se dit "ce livre a tout" : il possède la clé qui pourra le faire entrer dans le monde des hommes et enfin manger à satiété.

Pris en charge par une des plus importantes maisons d'édition américaines, l’ursidé se trouve un nom d'auteur : Dan Flakes. Au fur et à mesure, il observe les comportements humains, et par un judicieux mimétisme, il réussit à brouiller les pistes. Tout le monde n'y voit que du feu. En plus d'…

Branches obscures, Nikolaj Frobenius

Image
Ed. Actes Sud, février 2016, traduit du norvégien par Céline Romand- Monnier, 288 pages, 22.50 euros.

Troublant
La couverture est inquiétante à souhait : la nuit, un arbre dont les branches touche le mur de la maison, et un corps de femme. Ce corps de femme, c'est celui de Katinka, la maîtresse de Jo Uddermann, et on ne le retrouve pas devant la maison mais dans une malle perdue dans un terrain vague proche de chez elle. Peu avant sa mort, elle avait eu la visite de son amant qui avait pris l'habitude de faire un détour pendant son footing.

Jo est forcément le coupable idéal. Lui-même ne sait pas pourquoi il couchait avec Katinka, puisqu'il vit heureux en couple avec Agnete et leur fille Emma. Est-ce une revanche sur son adolescence quand il était secrètement amoureux d'elle et qu'elle se moquait de son look improbable ? Dans tous les cas, quelque chose se fissure dans la vie bien réglé de cet écrivain à succès : SMS énigmatique venant d'un expéditeur inconnu,…

Tombeau de Pamela Sauvage

Image
Ed. La Contre Allée, février 2016, 192 pages, 17 euros.

Fragments

Dans un monde hyper aseptisé séparé en deux camps, onze milliards d'être humains tentent de survivre. Le lecteur sait peu de choses de ce futur esquissé, tout juste assemble-t-il le puzzle au fur et à mesure des notes en bas de page. En tout cas, l'obscurantisme semble être de retour, et Tombeau de Pamela Sauvage une œuvre de résistance sur ce qui existait jadis.

Le dernier né de Fanny Chiarello est un exercice de style. Certains y verront un OLNI (Objet Littéraire Non Identifié) bien qu'il soit très cohérent. Seulement, la lecture demande une gymnastique permanente : le texte, constitué de vingt-trois portraits, est truffé de notes en bas de page, qui pour nous, lecteur du temps de Pamela Sauvage, pourraient nous sembler inutiles. Mais ces notes sont en fait des remarques faites par un philologue du futur, à la fois commentateur du texte et résistant face à la société où il vit. Ainsi, elles sont décalées,…

A part ça (9) Iain Levinson lit dans vos pensées

Image
Ed. Liana Levi, octobre 2015, traduit de l'anglais (GB) par Franchita Gonzales-Battle, 232 pages, 18 euros.

La littérature inspire. Elle est une passerelle, un fil d'Ariane...Télépathie
Qui n'a pas rêvé de lire dans les pensées des autres pour enfin savoir ce qui se trame d'honnête ou d'hypocrite derrière un regard affolé, amoureux,  ou perdu dans le vague ?
Sauf que ce don de télépathie, drôle et utile à première vue deviendrait vite un enfer à rendre encore plus fou un schizophrène, car il n'existe aucun bouton OFF pour stopper le conciliabule incessant à l'intérieur de votre crâne !

Le dernier roman de Iain Levinson se construit autour de deux personnages que tout oppose, un flic et un tueur de flic, pourtant relié par un point commun : le don de télépathie. Alors que le premier l'emploie pour être un bon flic, l'autre s'en sert pour gagner au poker en prison. Tous les deux intéressent le FBI, car forcément, leur don n'est pas naturel et i…

Vivant, où est ta victoire ? Steve Toltz

Image
Ed. Belfond, février 2016, traduit de l'anglais (Australie) Par Jerôme Schmidt, 450 pages, 22.50 euros.
Titre Original : Quicksand 

Journal d'un looser
Liam et Aldo sont deux amis improbables. Alors que le premier est flic à défaut de pouvoir de son talent d'écrivain, l'autre est un looser patenté. Tout ce qu'il entreprend est forcément voué à l'échec, et au passage la certitude de se faire de nouveaux ennemis parmi ses anciens clients ou ses créanciers. Mais Aldo, même surendetté, continue de croire à sa bonne étoile, seulement il creuse sa tombe. A force d’écouter les déboires de son ami, Liam acquiert la conviction qu'il tient là tous les éléments pour écrire un roman :
"Pour le lecteur, ce sera un bon moment. Pour moi, un retour sur investissement. Pour toi, une catharsis. Ce sera plus simple qu'une confession. Je ferai ça pour toi".

Et voilà le lecteur soudain plongé dans les frasques et les combines d'Aldo, ses déboires sexuels aussi …

Ballade pour Leroy, Willy Vlautin

Image
Ed. Albin Michel, collection Terres D'Amérique, traduit de l'anglais (USA) par Hélène Fournier, février 2016, 304 pages, 22 euros.
Titre original : The Free 

Les oubliés du rêve américain
 Quand Leroy Kervin s'est engagé dans la National Guard, c'était sur le conseil de son patron qui lui avait indiqué que son patriotisme lui permettrait d'arrondir ses fins de mois. Seulement, il y a eu la guerre en Irak, sa mobilisation, et son retour blessé et infirme à la maison :
"Il ne savait plus ni parler ni marcher. La vie qu'il avait connue n'existait plus. Ce Leroy Kervin-là n'existait plus.
Le nouveau Leroy Kervin ne reconnaissait pas les gens qu'il venait à peine de rencontrer. Aussitôt il s'agitait et broyait du noir. Frustré, il jetait ce qu'il avait sous la main avant de fondre en larmes. Il lui fallut des mois pour réapprendre à marcher, des mois avant de pouvoir tenir à nouveau une fourchette, et il avait toujours du mal à parler et à gér…

Trois jours avec Norman Jail, Eric Fottorino

Image
Ed. Gallimard, collection La Blanche, février 2016, 208 pages, 17.50 euros.

Mémoire de vent
Qui est vraiment Norman Jail ? Auteur de Qui se souviendra de nous, paru avant la Seconde Guerre mondiale, il n'a plus rien publié depuis. Pourtant Norman Jail écrit, tout le temps. On peut même dire que l'écriture a vampirisé sa vie au point qu'il est passé à côté d'un certain nombre d'événements.

De Norman Jail on ne sait rien ou presque, tout juste sait-on qu'il a choisi délibérément ce pseudonyme à résonance anglo-saxonne pour qu'il brille sur une couverture de livre... en vain. A maintenant plus de quatre-vingts ans, il vit presque en ermite dans sa demeure, au bord de la mer, à noircir encore et encore des feuillets de sa fine écriture. Sa bibliothèque est remplie de manuscrits achevés ou avortés mais qui n'ont pas connu d'autres lecteurs que lui, sauf peut-être son infirmière et parfois la fille de celle-ci, Gisèle quand elle accompagnait sa mère chez…

A part ça (8) C'était hier et c'était bien !

Image
La littérature inspire. Elle est une passerelle, un fil d'Ariane...


C'était hier, dans la très belle librairie Le Bateau Livre à Lille.
Pour celles et ceux qui ne connaîtraient pas les éditions La Contre Allée, il est temps de vous mettre à la page en cliquant ici. Leur catalogue est impressionnant de qualité, et leurs couvertures sont aussi belles que les couvertures de David Pearson chez Zulma ! Son fondateur, Benoit Verhille, est à la tête d'une équipe exigeante et à l'écoute. Je l'avais rencontré en mai 2013 lors d'un entretien pour La Cause Littéraire :http://www.lacauselitteraire.fr/entretien-avec-benoit-verhille-fondateur-des-editions-de-la-contre-allee


Fanny Chiarello, Prix orange 2015 pour Dans son propre rôle (L'olivier, 2015), accompagnée de Patrick Varetz à la lecture, nous a lu quelques extraits de son dernier ouvrage paru à La Contre Allée, Tombeau de Pamela Sauvage, et a répondu aux questions en toute simplicité.

Un beau moment !



Le Pique nique des orphelins, Louise Erdrich

Image
Ed. Albin Michel, traduit de l'anglais (USA) par Isabelle Reinharez (nouvelle traduction), janvier 2016, 480 pages, 24 euros.

Éloge de la lenteur
Louise Erdrich prend le temps. Elle est aussi structurée qu'une araignée en train de tisser la toile qui emprisonnera ses futures proies. Là, son écriture bâtie par un sens infinie de la description, emprisonne le lecteur et lui permet de se poser, de prendre le temps de savourer l'histoire qui lui est racontée.

Le pique nique des orphelins est avant tout le nom d'une foire qui aura un triste écho dans les souvenirs de Mary et Karl, car c'est à cet endroit précisément que leur mère va les abandonner un jour de 1932, préférant suivre un saltimbanque aérien plutôt que se soumettre à ses devoirs de mère. Mary, qui porte dans ses bras le dernier né de la fratrie, le confie à un couple en mal d'enfants, puis, avec son frère, décide de rejoindre le Dakota du nord et la boucherie familiale de la tante Fritzie pour y être re…

Retour à Oakpine, Ron Carlson

Image
Ed. Gallmeister, traduit de l'anglais (USA) par Sophie Aslanides, février 2016, 290 pages, 23.10 euros.

Nos 17 ans
Ron Carlson a décidé de faire vibrer la corde sensible de ses lecteurs. Pas de sombre histoire de trafic, de meurtre ou de vengeance, mais l'amitié indéfectible entre quatre quinquagénaires.
Les amateurs de romans américains feront tout de suite le rapprochement avec le merveilleux roman de Nickolas Butler Retour à Little Wing (Autrement, 2014), et ils auront raison. Sauf que l'auteur n'utilise pas les mêmes ficelles et préfère s'arrêter sur une période bien précise de l' histoire commune de ces quatre amis : l'année de leurs dix-sept ans.

Jimmy, Craig, Franck et Mason sont les meilleurs amis du monde, ils ont même fondé un groupe de rock qui tournaent dans les bals du coin. Ils ont dix-sept ans et la vie devant eux. Leur principal problème est de savoir ce qu'ils vont en faire. Seulement, cet été là, la mort accidentelle du frère de Jimmy…

REGARDS CROISES (21) LAC, Jean Echenoz

Image
Ed de Minuit, 1989 puis 2008, 190 pages, 6.10 euros Regards croisésUn livre, deux lectures. En collaboration avec Christine Bini J'aime les défis littéraires surtout quand ils me permettent de découvrir un auteur et un univers. Jean Echenoz ne m'était pas inconnu. Je me souviens d'avoir lu Cherokee et Je m'en vais il y a quelques années, sûrement aux alentours de 1999, date de son prix Goncourt. Seulement, je n'en gardais pas un souvenir impérissable, il était donc bienvenu que je renoue avec la prose de l'auteur.
Dès les premières pages, on sent le roman d'espionnage : un unijambiste qui se bat avec sa prothèse attend un coup de fil mystérieux et codé, et puis les événements - ou plutôt les non-événements - s'enchaînent, jusqu'à comprendre que le titre fait référence à un palace hôtel situé au bord d'un lac, et dans lequel se confrontent des espions. J'ai vite compris que l'intrigue était secondaire : nous ne somme pas réellement dans un…