L'ours est un écrivain comme les autres, William Kotzwinckle

Ed. 10/18, traduit de l'anglais (USA) par Nathalie Bru, janvier 2016, 288 pages, 7,10 euros.

 


Enfin ! Arthur Bramhall le tenait enfin ce manuscrit qui allait faire de lui un écrivain célèbre. Désirs et Destinés a juste ce qu'il faut d'intrigue, de sexe et de bons mots pour enthousiasmer un grand nombre de lecteurs. En attendant, pour plus de sécurité, Arthur décide de le cacher à la campagne, sous un arbre et un tas de brindilles. Sauf qu'un ours est en train de l'observer. Une fois l'écrivain parti, il feuillette les pages et se dit "ce livre a tout" : il possède la clé qui pourra le faire entrer dans le monde des hommes et enfin manger à satiété.

Pris en charge par une des plus importantes maisons d'édition américaines, l’ursidé se trouve un nom d'auteur : Dan Flakes. Au fur et à mesure, il observe les comportements humains, et par un judicieux mimétisme, il réussit à brouiller les pistes. Tout le monde n'y voit que du feu. En plus d'être obnubilé par l'appât du gain, le monde littéraire est aveugle. Pendant ce temps, Dan Flakes s'amuse follement : il mange à satiété, et profite de la société de consommation :
"L'instinct qui le poussait à amasser des réserves n'avait pas encore disparu, mais il luttait en se disant 'je peux en avoir plus' et en se rappelant que la plus belle chose qu'offrait la civilisation était la possibilité permanente d'aller faire des courses".

A force d'adopter un comportement humain, notre écrivain de circonstance ressemble de moins en moins à un ours. Dans le même temps, Arthur Bremhall, après avoir cherché en vain un nouveau sujet de roman, plonge dans une grave dépression et décide de s'isoler dans une grotte. Les comportements s'inversent...
Seulement, la pression monte : l'entourage intéressé de Dan l'invite à écrire un second roman afin de confirmer son talent :
"Le nouveau livre est pour bientôt ? demanda une voix à ses côtés.
  L'ours secoua la tête. "Je n'en trouve pas.
(...) "D'où vient le problème à votre avis ?
- J'ai regardé sous tous les arbres".

William Kotzwinckle s'amuse et en profite pour épingler le monde littéraire. L'ours est un écrivain comme les autres est rempli de scènes cocasses ou décalées, innocentes à la première lecture, mais terriblement caustiques si on y réfléchit bien. Personne n'est épargné : éditeurs, agents, médias, critiques littéraires, et universitaires. Finalement, une fois le livre publié, l'auteur devient un pantin dans le tourbillon médiatico-littéraire.
L'ours a tout compris sur la nature humaine, mais pour survivre en ce milieu, mieux vaut garder son instinct.

Posts les plus consultés de ce blog

ZERO K, Don DeLillo

Le Gardien des choses perdues

Une Chance minuscule, Claudia Piñeiro