Accéder au contenu principal

Heaven, Mieko Kawakami

Ed. Actes Sud, traduit du japonais par Patrick Honnoré, avril 2016, 256 pages, 21 euros.

Ijime




Que se passe-t-il dans la tête des adolescents brimés régulièrement par leurs camarades de classe ? Heaven est le titre inventé d'un tableau que la jeune Kojima se plaît à observer inlassablement sur papier glacé ou lorsqu'elle se rend au musée. Heaven, c'est le paradis possible, le refuge quand les moqueries et les violences subites quotidiennement sont plus difficiles à supporter. Kojima est la tête de turc des filles de sa classe depuis qu'elle a décidé de négliger son apparence physique, en solidarité avec son père qui vit dans le dénuement, loin d'elle. On pourrait croire à du masochisme, mais on est au-delà de cette conception. Kojima pense que son attitude a un sens, et c'est le plus important :
"Et puis, le moment, ce n'est pas important, ce qui est important, c'est que toutes les souffrances et les malheurs aient un sens".

Dans son collège, elle n'est pas la seule à souffrir de la méchanceté des autres. Un garçon subit les violences de plus en plus graves de la bande de Ninomiya. Surnommé Paris-Londres à cause de son strabisme, il a décidé de cloisonner : son corps est au collège, son esprit est ailleurs, afin de mieux supporter les jeux dangereux dont il est victime. Un jour, il trouve, collé sous son pupitre, les petits mots de Kojima. Démarre alors une amitié épistolaire puis un premier rendez-vous où tous les deux, sans jamais évoquer leurs malheurs, se trouvent beaucoup d'affinités. Sans le vouloir vraiment, le jeune homme se sent responsable de la frêle Kojima. Elle devient un peu sa confidente. N'est-elle pas du même genre que lui ?
" Toi et moi nous sommes du même genre" , a-t-elle noté dans son premier mot. Alors, quand il lui annonce son désir de se faire opérer pour modifie son regard, et "devenir normal", Kojima réagit très mal, car ce regard, c'est ce qui le distingue des autres, c'est ce qui fait sa force ; et puis, elle le trouve très beau comme cela.
Faut-il rester différent et subir, ou entrer dans le moule décidé par les autres ?

Heaven est un roman qui raconte l'histoire d'une amitié fondamentale, cachée et très pudique. Ce sont deux enfants abîmés, victime de l'ijime, le harcèlement scolaire, qui se soutiennent et trouvent dans l'autre la force d'avancer. La différence et le handicap sont, dans leur collège, source d'isolement et de brimades continues. Se rencontrer a brisé leur solitude, mais a provoqué  toute une série d'interrogations sur leur place au sein du groupe ou de leur famille.

Le suicide n'est évoqué qu'une seule fois, et davantage comme un concept que comme un projet. "Disparaître, ne plus exister, en finir avec tout", pourquoi pas, néanmoins, ce serait accepter sa faiblesse et renoncer aux joies futures.
Mieko Kawakami s'attaque à un sujet d'actualité dont l'approche est tout à fait différente de celle de notre société occidentale. Les personnages principaux sont deux victimes qui ont énormément de recul par rapport à ce qu'ils subissent. La vengeance et la punition ne font pas partie de leurs réflexions. Ils cherchent simplement, ensemble, une porte de sortie pour évacuer leurs souffrances, et Heaven peut être la solution.

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

L'Eté de Katya, Trevanian

Récit d'un amour malheureux durant le dernier été avant la Grande Guerre, L'été de Katya est aussi un thriller psychologique qui amène inexorablement le lecteur vers un épilogue dramatique. Jean-Marc Montjean est revenu sur Salies, petit village du Pays Basque d'où il est originaire, après avoir fait ses armes à Paris en tant que médecin. Il assiste le docteur Gros, figure locale et coureur patenté. A Salies tout le monde se connaît, et les rumeurs vont toujours bon train. Depuis quelques temps, la famille Treville est venue emménager à Etcheverria, une propriété quasiment à l'abandon. On sait peu de choses d'eux sinon qu'ils sont très discrets.
"Ce premier coup d’œil, par-dessous mon canotier, fut distrait et rapide, et je replongeai dans mes pensées. Sauf que, presque immédiatement, mon regard fut de nouveau attiré."
Lors d'un après midi à révasser, Jean-Marc croise une ravissante jeune fille qui lui demande de l'aide : son frère est tombé en…

Si un inconnu vous aborde, Laura Kasischke

Dans ce recueil de textes courts, Laura Kasischke déploie tout son talent déjà apprécié dans ses romans : celui de mettre en place le malaise, de suggérer l'indicible sans le confirmer, bref d'emballer notre imagination...
Méfions-nous ! Tout ce qui paraît à première vue normal ne l'est peut-être pas ! La normalité n'est qu'un miroir sans teint qui cache de douloureux secrets ou des comportements "border line".
Dans un Midwest englué de chaleur ou gelé, Laura Kasischke rentre dans l'intimité de personnes dont la vie va basculer. Ces gens pourraient être vous ou moi, et c'est ce qui rend ces nouvelles familières pour le lecteur.

« Ici, pas besoin de rappeler aux gens de s’occuper de leurs affaires. On pouvait bien agoniser sur la pelouse, ils étaient du genre à tirer poliment les rideaux pour ne pas nous offusquer en remarquant quoi que ce soit. C’était le genre de banlieue où, tous les dix ans environ, se produisait quelque chose d’abominable. Déco…