Accéder au contenu principal

A part ça (14) Le fou rire de Jésus / Je suis mon propre père, François Coupry

Grand West Editions, collection Le K, 258 pages, 21.90 euros.
Postface de Christine Bini
Diptyque

La littérature inspire. Elle est une passerelle, un fil d'Ariane...



Zoom sur le nouvel ouvrage de François Coupry que je ne connaissais alors que de nom et de réputation littéraire.

Vous en faire une chronique serait impossible pour moi, tant ce diptyque est une véritable découverte.
J'ai pris mon temps, j'ai relu des passages, j'ai noté ce que j'aime appeler des "fulgurances", ces petites phrases bien tournées qui vous donnent la sensation de lire "le haut du panier".

La modeste lectrice que je suis a pris une claque fictionnelle, s'est sentie fière quand elle  vu passer le nom de Balbo, car elle savait le rapprocher d'un autre auteur qu'elle apprécie (Châteaureynaud), puis s'est sentie un peu larguée (parfois) quand elle a lu la postface très inspirée de son amie Christine Bini.

Le Fou rire de Jésus fait de Ponce Pilate un homme que la mort a oublié depuis sa rencontre avec Jésus, tandis que Je suis mon propre père met en scène Octavien Hart, jeune homme censé découvrir le meurtrier de son père parmi un groupe de huit personnes, sauf que chacun décrit un personnage que le fils ne connaît pas.

Par contre, je crois avoir compris pourquoi Christine Bini qualifie François Coupry d'"Ogre baroque" de la littérature. De mon côté, mon ouvrage a des pages cornées, symbolique toute personnelle qui prouve que j'ai pris beaucoup de plaisir à cette lecture.

Fulgurances choisies :

"Et il y a un constant bruit d'enfer dans cette actuelle civilisation".

"Quand, comme moi, on a parcouru vingt siècles d'histoire humaine, ce qui n'est rien face aux millions d'années de l'aventure d'un être vivant debout et réfléchissant, on s'aperçoit qu'il n'y a pas de progrès, sinon de vagues et mesquines processions de chenilles dressées".

"J'ai partagé l'intimité du rire de Dieu, et ce fou rire reste la meilleure preuve de son existence, de ma vie avec lui, de notre connivence, en toute éternité".

"Je n'ai pas eu de père, on est seuls tous les deux, toi et moi, maman, seuls, ou alors j'ai eu mille et un pères, de divers âges, n'est-ce pas, et mon père donc n'est pas mort, puisqu'il n'existe pas, puisqu'une multitude ne peut mourir d'un seul coup, n'est-ce pas, maman ?"

Pour le reste, il est temps encore de le lire !

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

L'Eté de Katya, Trevanian

Récit d'un amour malheureux durant le dernier été avant la Grande Guerre, L'été de Katya est aussi un thriller psychologique qui amène inexorablement le lecteur vers un épilogue dramatique. Jean-Marc Montjean est revenu sur Salies, petit village du Pays Basque d'où il est originaire, après avoir fait ses armes à Paris en tant que médecin. Il assiste le docteur Gros, figure locale et coureur patenté. A Salies tout le monde se connaît, et les rumeurs vont toujours bon train. Depuis quelques temps, la famille Treville est venue emménager à Etcheverria, une propriété quasiment à l'abandon. On sait peu de choses d'eux sinon qu'ils sont très discrets.
"Ce premier coup d’œil, par-dessous mon canotier, fut distrait et rapide, et je replongeai dans mes pensées. Sauf que, presque immédiatement, mon regard fut de nouveau attiré."
Lors d'un après midi à révasser, Jean-Marc croise une ravissante jeune fille qui lui demande de l'aide : son frère est tombé en…

Si un inconnu vous aborde, Laura Kasischke

Dans ce recueil de textes courts, Laura Kasischke déploie tout son talent déjà apprécié dans ses romans : celui de mettre en place le malaise, de suggérer l'indicible sans le confirmer, bref d'emballer notre imagination...
Méfions-nous ! Tout ce qui paraît à première vue normal ne l'est peut-être pas ! La normalité n'est qu'un miroir sans teint qui cache de douloureux secrets ou des comportements "border line".
Dans un Midwest englué de chaleur ou gelé, Laura Kasischke rentre dans l'intimité de personnes dont la vie va basculer. Ces gens pourraient être vous ou moi, et c'est ce qui rend ces nouvelles familières pour le lecteur.

« Ici, pas besoin de rappeler aux gens de s’occuper de leurs affaires. On pouvait bien agoniser sur la pelouse, ils étaient du genre à tirer poliment les rideaux pour ne pas nous offusquer en remarquant quoi que ce soit. C’était le genre de banlieue où, tous les dix ans environ, se produisait quelque chose d’abominable. Déco…