Accéder au contenu principal

A part ça (15) Muse, Jonathan Galassi

Ed. Fayard, traduit de l'anglais par Anne Damour , août 2016, 272 pages, 20.90 euros.

La littérature inspire. Elle est une passerelle, un fil d'Ariane...




Ida Perkins est une poétesse célèbre dont les apparitions au compte-goutte déchaînent les passions et dont  la vie amoureuse est un sujet de conversation intarissable dans le milieu littéraire. D'ailleurs, en exergue du livre, des vers de la star. Dès lors, la lectrice lambda que je suis, assez mal informée en poésie, se demande si Ida Perkins a bel et bien existé. Au fil des pages, Jonathan Galassi me fait croire que oui, m'invitant à entrer dans son oeuvre.
Puis le bas blesse : depuis quand une poétesse vend autant d'opus ? Malheureusement, la poésie n'a jamais été un genre qui fait vendre. Dans Muse, deux maisons d'édition se battent pour conserver ou récupérer les droits de l'idole. L'avoir dans son catalogue est non seulement source de revenus mais aussi preuve de goût.

Ida Perkins est LA figure féminine par excellence, miroir d'une condition qui se cherche et revendique, mais Ida a aussi ses démons, et au-delà de ses silences criants, elle se bat contre elle-même. Suinte l'idée selon laquelle elle est une femme résolument seule, isolée, malgré les amants et la vie mondaine. Voilà toute l’ambiguïté et le paradoxe du personnage.


Mais, à part ça, Muse est avant tout un roman écrit par un éditeur qui parle du monde de l'édition, et qui voue un amour passionné et passionnant pour l'objet livre en général et la poésie en particulier. Les personnages, Paul et Homer, éditeurs, sont succulents dans leurs raisonnements, leurs façon d'être, leurs points de vue sur ceux qui gravitent dans ce petit monde fermé.
Jonathan Galassi s'est inspiré de son monde pour faire naître une héroïne totale, entière, souvent ingérable, détentrice de nombreux secrets.

Morceaux choisis :

"Elle était la propriété de cet avorton de rival, Sterling Wainwright, dont elle était parente après tout, et pour Homer aussi la parenté avait son importance. Il n'y avait simplement rien à faire - non qu'il n'ait tenté de l'attaquer frontalement à maintes reprises, pour se retrouver chaque fois aimablement repoussé. Non, Ida était le rêve inaccessible d'Homer. Lancinant comme une démangeaison. Cette salope d'Ida Perkins se tape tous les gros titres et rafle tous les prix, et qu'est-ce qu'il nous reste ? des clopes !"

"Les poèmes d'amour d'Ida - et on pourrait avancer que tous ses poèmes étaient des poèmes d'amour, du premier au dernier -  sont définis par le contraste et la dichotomie, le ying et le yang de l'amant et de l'aimé, de celui qui donne et de celui qui reçoit, du jour et de la nuit, de la croissance et de la décomposition. Un monde d’irrésistibles contraires sans zones de gris : voilà en tout point ce qu'était la première Ida Perkins".

"Un nouveau recueil émergeait tous les deux ou trois ans comme s'il tombait du ciel, et Sterling s'en emparait et le publiait chez Impetus à la stupéfaction - et à l'émerveillement -  générale. Peu à peu Ida devint une légende à distance, une formidable présence invisible planant au loin".

"Homer aimait gagner, et aimait encore plus voir les autres perdre. Mais il aimait aussi le métier pour le métier. Et il y excellait (...) Ses employés étaient pour lui ses enfants illégitimes ; ils étaient les meilleurs du métier parce qu'ils étaient les siens.(...) C'était un amateur, dans le sens original du terme : il aimait l'écriture et les écrivains".


A savoir :

Président des prestigieuses éditions Farrar, Straus & Giroux, Jonathan Galassi est un acteur essentiel du monde de l’édition aux États-Unis. Auteur de trois recueils de poésie, traducteur des poètes Eugenio Montale et Giacomo Leopardi, éditeur de poésie pour The Paris Review, il écrit aussi pour The New York Review of Books, entre autres publications. 

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

L'Eté de Katya, Trevanian

Récit d'un amour malheureux durant le dernier été avant la Grande Guerre, L'été de Katya est aussi un thriller psychologique qui amène inexorablement le lecteur vers un épilogue dramatique. Jean-Marc Montjean est revenu sur Salies, petit village du Pays Basque d'où il est originaire, après avoir fait ses armes à Paris en tant que médecin. Il assiste le docteur Gros, figure locale et coureur patenté. A Salies tout le monde se connaît, et les rumeurs vont toujours bon train. Depuis quelques temps, la famille Treville est venue emménager à Etcheverria, une propriété quasiment à l'abandon. On sait peu de choses d'eux sinon qu'ils sont très discrets.
"Ce premier coup d’œil, par-dessous mon canotier, fut distrait et rapide, et je replongeai dans mes pensées. Sauf que, presque immédiatement, mon regard fut de nouveau attiré."
Lors d'un après midi à révasser, Jean-Marc croise une ravissante jeune fille qui lui demande de l'aide : son frère est tombé en…

Si un inconnu vous aborde, Laura Kasischke

Dans ce recueil de textes courts, Laura Kasischke déploie tout son talent déjà apprécié dans ses romans : celui de mettre en place le malaise, de suggérer l'indicible sans le confirmer, bref d'emballer notre imagination...
Méfions-nous ! Tout ce qui paraît à première vue normal ne l'est peut-être pas ! La normalité n'est qu'un miroir sans teint qui cache de douloureux secrets ou des comportements "border line".
Dans un Midwest englué de chaleur ou gelé, Laura Kasischke rentre dans l'intimité de personnes dont la vie va basculer. Ces gens pourraient être vous ou moi, et c'est ce qui rend ces nouvelles familières pour le lecteur.

« Ici, pas besoin de rappeler aux gens de s’occuper de leurs affaires. On pouvait bien agoniser sur la pelouse, ils étaient du genre à tirer poliment les rideaux pour ne pas nous offusquer en remarquant quoi que ce soit. C’était le genre de banlieue où, tous les dix ans environ, se produisait quelque chose d’abominable. Déco…