Articles

Affichage des articles du octobre, 2016

BILLET D'HUMEUR (21) Au secours !

Image
"Venez vivre en live un des plus grands chefs-d'oeuvre de la littérature " (Pub radio)

Quand soudain, Le Rouge et le Noir de Stendhal en opéra Rock !
D'habitude, je m'en fiche, j'en rigole même, mais là, peut-être est-ce dû au fait que ma fille aînée soit en seconde et rechigne à lire ce qu'on appelle communément des "classiques".

C'est un gros AU SECOURS que je crie après avoir lu des platitudes,  vu des photos, et supporté les chansons diffusées sur la bande FM avant de changer en râlant.

Bref ...

Cette image ne vous fait penser à rien ? (Côme/Jim Morrison même combat !)



Extrait de l'interview de Côme menée par Fabienne Randanne pour 20 minutes :



Apparemment le roman ne lui avait pas laissé un souvenir impérissable !

Ainsi va la société de consommation : s'emparer de nos trésors littéraires pour faire du fric, et certains penseront connaître le sujet parce qu'ils seront allés voir le spectacle.

Alors pour vivre en live un des…

Calme et tranquille, Valérie Manteau

Image
Ed. Le Tripode, octobre 2016, 195 pages, 15 euros.

Résistance

"Ma grand-mère a-t-elle succombé sous le coup des choses inouïes et innombrables qu'annonçait Rimbaud ? Elle est arrivée à l'inconnu, ceci est certain. Est-ce l'affolement qui lui a fait perdre l'intelligence de ses visions ?"

Calmes et tranquilles se veulent les nuits, mais Valérie ne dort pas car ses démons, ses angoisses, ses souvenirs la hantent. L'alcool et les médicaments l'aident, mais quand s'en est trop, elle déambule seule, parmi les ombres, le long des quais de la Seine, laissant son corps à des rencontres fortuites alors que son esprit embrumé est ailleurs, comme pour se prouver à elle même qu'elle est encore vivante.

Oui elle est vivante, mais bon nombre de son entourage n'est plus. Cela a commencé avec le suicide de sa grand-mère Louise, puis avec ses collègues de travail devenus des amis avec le temps, l'équipe de Charlie Hebdo. Elle se débat avec le syndrome d…

RUE DES ALBUMS (122) Monsieur Milk, facteur de Kijima Seigo

Image
Ed. Philippe picquier, octobre 2016, traduit du japonais par Anaïs Koechlin,36 pages, 13.50 euros.


Monsieur Milk est un ours facteur heureux. Il tamponne puis distribue les courrier à tous les animaux, leur permettant ainsi de ne pas être isolés. Parfois, il reçoit même des demandes de service.
Un jour, au dos d'une carte, un SOS ; monsieur et madame Grue ont égaré leur oisillon qui s'est éloigné d'eux alors qu'ils cherchaient à manger sur une plaine marécageuse. Depuis, impossible de le retrouver, alors les Grue demandent à monsieur Milk d'avoir l’œil et de mener l'enquête.

D'abord, l'ours polaire vérifie que bébé Grue n'ait pas été un déjeuner pour les prédateurs, puis au fil de ses tournées, il dépose des avis de recherche.
Les mois passent et toujours rien ! Que s'est-il donc passé ? Où bébé Grue se cache-t-il ? Jusqu'au jour où Monsieur Milk reçoit une missive qui le laisse pantois...

Construit avec une trame linéaire, cet album entreti…

Débarrassés du bonheur, Sylvie Aymard

Image
Ed. Grasset et Fasquelle, octobre 2016, 200 pages, 16 euros.

Vivre vite !

Fille unique couvée et choyée, Servanne grandit tranquillement entre ses parents, Marina et Paolo, et l'ami de la famille, Mundi. Quand Marina et Paolo périssent lors d'un naufrage au Vietnam, c'est tout naturellement que Paolo décide de devenir le tuteur de la jeune fille.
"Son statut d'oncle improvisé convenait à tous, il devint indispensable, un membre de la famille. Il était parfait".
Servanne a alors dix-huit ans, et la disparition des siens la choque au point qu'elle décide de renier sa vie d'avant bien confortable. Elle arrête ses études, vit de petits boulots précaires, et déménage souvent sans crier gare.
" Changer souvent d'endroit lui permettait de croire qu'on l'attendait quelque part, qu'on l'espérait peut-être. Servanne se sentait toujours en déséquilibre, inachevée, sans arriver à rencontrer la terre ferme à l'age adulte. Un état qui s&#…

REGARDS CROISES (25) Aquarium, David Vann

Image
Ed. Gallmeister, dollection Nature Writing, traduit de l'anglais (USA) par Laura Derajinski, octobre 2016, 280 pages, 23 euros.

Regards croisésUn livre, deux lectures. En collaboration avec Christine Bini 
Plongée

Pour Caitlin, l'aquarium de Seattle est un refuge. Dès que sa journée de classe est terminée, elle court retrouver les poissons en attendant que sa mère ait terminé sa pénible journée de travail sur les docks. Le monde marin a cela d'apaisant qu'il fait oublier les soucis quotidiens, la fatigue des longues journées où on se réveille à l'aube, et plonge celui qui l'observe dans un moment suspendu où le silence est roi.

Depuis quelques temps, Caitlin n'est plus la seule habituée du lieu. Elle rencontre à chaque fois un vieil homme, qui comme elle, apprécie les jeux des lumières, la grâce des poissons, et l'incroyable richesse des couleurs. Peu à peu, une amitié se noue, et la gamine se laisse aller parfois à quelques confidences.
"Vous avez …

LE VILLAGE (1) Le lieu

Image
Chaque mois, je vous invite à découvrir un texte inédit.

À la périphérie d'une petite ville de France, une sous-préfecture qui se donne des airs de chef-lieu de département, se trouve un petit village que beaucoup qualifient de village-dortoir, par pure ignorance de ses habitants, ou par jalousie de ne pas y habiter. Il abrite un peu plus de mille âmes dont plus de la moitié est retraitée.   Ce village est riche : riche de son emplacement privilégié, riche de sa nature préservée, riche de ses habitants, car sur ses terres, il n'est pas question de construire des logements sociaux. Ici, tout le monde se connaît, ou plutôt croit se connaître. Du moins se connaît-on de vue, et on sait à peu près dans quel quartier (si on peut appeler un lotissement un quartier) où l'autre habite. L'autre est un mot qui fait peur ; il est synonyme d'étranger, donc de danger. Les habitants n'aiment pas beaucoup les changements, et lorsqu'ils vous adressent la parole, ils vous font …

La Maison au bout du monde, Ake Edwardson

Image
Ed. 10/18, septembre 2016, traduit du suédois par Rémi Cassaigne, 480 pages, 9.10 euros.
Titre original : Hus vid världens ände


A love supreme
Une maison isolée au bout d'une rue, sur une presqu'île, au point que même la pauvre lumière du jour a du mal à s'y poser.
A l'intérieur, une famille avec trois enfants, enfin presque puisque le père est souvent absent plusieurs jours de suite pour raisons professionnelles. Or, maintenant son absence semble lui avoir sauvé la vie puisqu'on retrouve la maman et ses deux aînés tués à l'arme blanche.
La petite dernière, Greta, quelques mois seulement, a survécu mais elle est sévèrement déshydratée. Pourtant quelques jours ont passé avant la découverte des corps, ce qui prouve que quelqu'un est bien venu pour que la petite survive...

Cette affaire hors norme rompt les vacances prolongées d'Erik Winter en Espagne où il s'est réfugié avec femme et enfants. Depuis un accident au cours d'une enquête dans laquelle…

Phare 23, Hugh Howey

Image
Ed. Actes Sud, Collection Exofictions, traduit de l'anglais (USA) par Estelle Roudet, septembre 2016, 232 pages, 19.80 euros.
Titre original : Beacon 23


"Je ne suis pas très bon, je suppose, quand il s'agit d'avoir une vision globale. J'arrive à peine à maintenir en état cette petite boîte de conserve qui me tient lieu d'univers. Je ne suis rien d'autre qu'un soldat foutu, originaire d'une petite ville dans le trou du cul d'une vieille planète, et qui s'est débrouillé pour devenir aiguilleur de l'espace.
Et pas des plus doués avec ça".

Hugh Howey est un marin qui a décidé de vivre à l'année sur son voilier. La solitude, il connaît, quand il est perdu au beau milieu de l'océan pacifique, en n'ayant que les étoiles qui se réflètent dans l'eau.
L'espace et l'océan, c'est presque la même chose : le même paysage à perte de vue, personne à qui parler, et ce vide qui vous oppresse inexorablement. Sur l'affich…

RUE DES ALBUMS (121) Broutille, Anne Herbauts

Image
Ed. Casterman, collection Les Albums Casterman, octobre 2016, 32 pages, 13.95 euros.


L'univers d'Anne Herbauts est à part. On est dans le minimaliste, dans le moins pour suggérer le plus. Le dessin est réduit à sa plus simple expression afin d'attirer les regards des lecteurs les plus jeunes.
Broutille a un corps, des pieds et des mains, mais son nez n'est qu'un gribouillis. Aujourd'hui Broutille est triste car il a perdu son chat et ne le retrouve pas.

L'album est une quête. Le lecteur suit Broutille à la rencontre de celles et ceux qui auraient pu croiser l'animal : un cow-boy, une corneille, un migrant qui se cherche un nouveau pays d'adoption, un ogre, ou encore une vieille dame. Les personnages de conte ou de la réalité se mêlent mais ils ont tous un point commun : eux aussi ont perdu quelque chose qui leur semble important à leurs yeux.
La quête de Broutille se transforme alors en parcours philosophique quand il rencontre la girouette :
"I…

REGARDS CROISES (24) Les Pleurs du vent, Medoruma Shun

Image
Ed. Zulma, octobre 2016, traduit du japonais par Corinne Quentin, 123 pages, 16.50 euros.
Titre original : Fûon


Regards croisésUn livre, deux lectures. En collaboration avec Christine Bini 



Les pleurs du vent, sont ceux qu'on peut entendre parfois sur l'île d'Okinawa, lorsque le visiteur est tout proche de l'ossuaire. La légende locale dit que c'est le crâne qu'on peut voir d'en bas, celui qui semble contemplait la mer, qui gémit de temps en temps sur sa destinée. C'est pourquoi, les anciens pensent qu'il ne faut en aucun cas le bouger, car ce crâne est un symbole local. Il incarne, paraît-il, les restes d'un kamikaze blessé mortellement sur l'île lors de la bataille d'Okinawa en 1945. Le déplacer de sa dernière demeure serait manquer de respect aux disparus, mais aussi aux anciens combattants.

Medoruma Shun situe une nouvelle fois son récit sur son île natale où les stigmates de la seconde guerre mondiale sont omniprésents. Les habitants…

Les Années à rebours, Nadia Terranova

Image
Ed. La Table Ronde, collection Quai Voltaire, traduit de l'italien par Romane Lafore, octobre 2016, 176 pages, 18 euros.
Titre original : Gli anni al contrario


Autopsie d'un mariage

Aurora et Giovanni, c'est l'union des contraires. Elle est l’aînée d'une famille de six enfants issus d'un père fasciste et distant, il est le petit dernier de parents communistes, enfant roi en son domaine. Pendant qu' Aurora caracole en tête de classe durant toute sa scolarité, Giovanni gère, incontestablement attiré par les idées révolutionnaires de certains de ses camarades.
C'est à la fac de philosophie qu'ils se rencontrent. Très vite, ils décident de se marier, surtout que la jeune femme est enceinte. Contre toute attente, les parents des deux familles s'entendent ; pour le père d'Aurora, c'est une bouche en moins à nourrir, et pour celui de Giovanny, la mariée est gage de stabilité, c'est elle qui va apaiser les idées saugrenues du jeune homme.

Po…

La Couronne verte, Laura Kasischke

Image
Ed. Le Livre de Poche, traduit de l'anglais (USA) par Céline Leroy, mai 2010, 224 pages, 5.70 euros.
Titre original : Feathered

Cauchemar éveillé

Il est arrivé quelque chose de grave, le lecteur le sait dès le premier chapitre de ce roman choral à deux voix qui donne la parole à deux amies depuis la maternelle, Michelle et Anne. Elles ont en commun d'avoir des mères possessives, à cheval sur les principes et hyper stressées au point de voir le danger partout.
"Elle évoqua l'idée de confiance et de saine méfiance. De l'équilibre entre angoisse et prudence. Entre timidité maladive et vigilance. Elle expliqua qu'être femme représentait un défi. Qu'il n'était pas simple non plus d'être la mère d'une fille, d'essayer d'évaluer ce qui relevait du danger potentiel et de la surprotection. Il fallait se montrer courageuse sans se poser comme victime. Apprendre la différence entre la peur et la précaution".
 En plus, Anne n'a pas de père…

RUE DES ALBUMS (120) Comment ratatiner les méchantes maîtresses, Catherine Leblanc et Roland Garrigue

Image
Ed. P'tit Glénat, collection Vitamines, août 2016, 32 pages, 11 euros.



Voici le dernier né de la collection "comment ratatiner..." qui, après avoir donner des conseils pour se débarrasser des araignées, des monstres, des pirates ou encore des animaux de compagnie, décide de se pencher sur le sort des maîtresses... pas comme les autres !
Le fantasme de la maîtresse parfaite, bien roulée, toujours de bonne humeur, aux petites lunettes d'écaille pour montrer qu'elle est intelligente, est éculée. Eh oui, elle peut être grosse, tatouée, puante, et même au bout du rouleau ! Alors, comment se débarrasser d'une maîtresse qui a décidée que les enfants doivent rester assis sur leur chaise et travailler ? Une maîtresse trop cool ce n'est pas bon non plus, car les enfants font n'importe quoi et n'apprennent rien...


Alors, les auteurs reprennent les expressions favorites du genre "vous êtes la pire classe que j'aie jamais eue !" , et des situatio…

RUE DES ALBUMS (119) Le doudou de la directrice, Christophe Nicolas et Maurèen Poignonec

Image
Ed. Didier Jeunesse, septembre 2016, 32 pages, 11.10 euros



La directrice de l'école maternelle est parfaite. Elle garde toujours son calme, elle est à l'écoute, elle est belle et toujours souriante. Forcément, elle doit avoir un secret pour avoir tant de qualités ! Une fois les portes de l'école fermées, la directrice fait un câlin à... son doudou ! C'est un petit lapin blanc ; présent auprès d'elle dès la première page, mais qu'on remarque vraiment qu'à la moitié de l'album quand l'auteur vend la mèche ! Dès lors, le lecteur revient sur les pages précédentes, et constate que oui, effectivement, le doudou est dans la poche ou le sac de la directrice.

Le secret est bien gardé. La directrice le partage avec son jeune lecteur, mais n'est pas prête de le révéler à tous ceux qu'elle côtoie dans une journée de travail comme la dame de la cantine, le maire de la ville ou les parents d'élèves. Seulement, une petite fille trouve le doudou dans le…

Haut Domaine, Dan O'Brien

Image
Ed. Au Diable Vauvert, traduit de l'anglais (USA) par Walter Gripp, septembre 2016, 217 pages, 18 euros.
Titre original : Eminent Domain


La nature ne pardonne rien, ou plutôt elle pardonne tout à celui qui comprend qu'elle aussi a ses sautes d'humeur. A la différence de l'être humain, elle est au moins immuable, et pour ceux qui savent la regarder et l'apprécier, elle est une madeleine de Proust, le point de départ vers des souvenirs précieux.
Dan O'Brien est un amoureux de la nature, au point qu'aucune de ses nouvelles n'y intègre la ville dans ce qu'elle a de plus citadine. Tout juste peut-on appeler bourgade la concentration d'êtres humains qui viennent se restaurer, se réapprovisionner, régler des soucis administratifs. La ville existe, mais elle est loin, fantasmée parfois, mais toujours source de stress et d'inconfort. C'est en tout cas ce que ressent Jim Martin, cadre promu à un poste en or, mais loin de chez lui. Pour réfléchir, …

L'autre qu'on adorait, Catherine Cusset

Image
Ed. Gallimard, août 2016, 304 pages, 20 euros.

Le Princes des nuées

Thomas s'est donné la mort, et parce qu'elle veut lui rendre hommage sans doute, lui rendre sa dignité aussi, l'auteure a écrit ce livre où, par l'intermédiaire de la fiction, elle remplit les pans de vie méconnus de cet ami qu'elle adorait, tout en s'adressant à lui par un vocatif "tu" saisissant et lancinant.

Entre les deux, ce fut d'abord "une amitié érotique". Thomas avait 20 ans, Catherine 26, elle est la sœur de son meilleur ami Nicolas. Brillant, mais dilettante, il loupe Normale Sup par deux fois alors que son niveau le prédestinait à une brillante carrière littéraire. Alors, jugeant que l'éducation nationale ne veut pas de lui, il décide de tenter sa chance aux Etats-Unis, où sa grande connaissance de Proust lui offre des possibilités universitaires.
"L'Amérique a cela de merveilleux qu'il n'est jamais trop tard pour changer de voie. Comme El…

Delivrez-moi ! Jasper Fforde (T2)

Image
Ed. 10/18, traduit de l'anglais (GB) par Roxanne Azimi, 448 pages, mai 2006, 9.60 euros
Titre original :

La chronique du tome 1 : http://virginieneufville.blogspot.fr/2014/03/laffaire-jane-eyre-t1-jasper-fforde.html

Second tome des aventures de Thursday Next, détective littéraire, qui comprend maintenant six romans.

On avait laissé Thursday Next dans le tome 1 en Littéra Tec ayant supprimé le méchant Achéron Hadès en l'enfermant dans un poème de Poe dont il n'a aucun moyen de s'échapper.
Par cet exploit, Thursday est devenue bien malgré elle une star : les médias la harcèlent et sa hiérarchie lui demande de faire des efforts car cette publicité impromptue fait du bien au service.
Tout va bien pour la jeune femme : elle est amoureuse de son mari tout beau tout neuf Landen, et elle apprend qu'elle est enceinte ! De plus, son oncle Myroft a décidé de prendre sa retraite et de mettre hors service le portail de la prose. Ainsi, on ne pourra plus se promener comme on veut…

A part ça (16) Deux nouvelles italiennes, Christine Balbo

Image
Ed. Rhubarbe, collection A Part, septembre 2016, 5 euros.

La littérature inspire. Elle est une passerelle, un fil d'Ariane...

En première lecture, ces deux nouvelles italiennes sont une invitation au voyage, de Sienne, ville entièrement tournée vers le tourisme,  aux îles Borromées, au nord de l'Italie dont seulement trois sur cinq peuvent être visitées. Forcément, on pense Dolce Vita, soleil et dépaysement. Dorothée est à Sienne pour des obligations professionnelles mais aime boire son thé sur la place du Campo, laissant son esprit vagabonder pendant ce temps suspendu. Teresa et Marraine voyagent ensemble, c'est une tradition bien ancrée. Elles aiment les îles et l'eau, et cette année, elles ont décidé de découvrir les paysages du Lac Majeur car "on pouvait y voir, affirmait Marraine, des paons blancs et des oiseaux-lyres. Teresa aima retrouver dans le nom de la ville de Stresa la presque anagramme de son prénom". Pendant que Marraine visite les îles, Teresa …

Magie & Sorcellerie, Isabelle Ortega et Thomas Baas

Image
Ed. Actes Sud Junior, septembre 2016, 72 pages, 14.90 euros.



Ce livre documentaire tord le cou aux idées reçues en proposant aux jeunes lecteurs une approche à la fois didactique et ludique d'un sujet qui engendre de nombreux fantasmes et mauvaises interprétations.
La magie et la sorcellerie sont "deux aspects d'un même savoir". Alors que le premier agit aux yeux de tous et a tendance à expliquer l'inexplicable, le second se veut être plus secret, plus noir aussi.
 Divisé en six parties, l'ouvrage retrace l'histoire de la magie à travers les siècles, présente quelques grandes figures de magiciens et de sorciers, établit les mesures prises à l'encontre des pratiques magiques, pour enfin conclure sur un état des lieux à partir du dix-neuvième siècle  à nos jours.

Chaque chapitre est accompagné d'une illustration sur le thème traité.  Au détour d'un article, quelques anecdotes font le point sur  les croyances et les superstitions souvent très anc…

Des Hommes de peu de foi, Nickolas Butler

Image
Ed. Autrement, août 2016, traduit de l'anglais (USA) par Mireille Vignol, 540 pages, 23 euros.
Titre original : The Hearts of Men (à paraître aux USA en 2017)

A lire, la très intéressante note de la traductrice, Mireille Vignol, à la fin du roman
Scout toujours !

"Mais le garçon, en dépit de tous ses efforts pour retenir ses chaudes larmes et ses hoquets d'embarras, de solitude et de honte, redoublait de sanglots.
- Je t'interdis de pleurer ! lâcha sèchement Clete. Tu as treize ans, Nelson ! Les hommes ne ... Je t'interdis de pleurer ! C'est compris ?"

Pas facile d'être  tout ce qu'on attend d'un homme :  un adulte responsable, un père aimant, un mari amoureux et fidèle, un patriote, un ami.
Divisé en trois parties - trois années clés de la vie de Nelson- Des Hommes de peu de foi tente de dresser le portrait universel et idéal du genre masculin tout en pointant du doigt leurs failles, leurs faiblesses, leurs blessures intérieures. Tous ces portra…

Au Commencement du septième jour, Luc Lang

Image
Ed.Stock, août 2016, collection La Bleue, 544 pages, 22.50 euros

Renaître

Au Commencement du septième jour est le roman de l'ellipse et des questions sans réponses. C'est aussi le roman d'un homme qui se cherche, qui se sent finalement étranger à soi-même, un peu comme Meursault dans L'Etranger d'Albert Camus. Pourtant les émotions sont là, les sentiments aussi, mais elles restent tapies ou à fleur de peau. Thomas ne sait pas comment évacuer son trop plein émotionnel.

Thomas est marié, père de famille. Il est fou amoureux de sa femme Camille, éloignée de lui la semaine, accaparée par un travail de cadre dans la région de Rouen. C'est un choix de vie malgré tout, le temps que Camille puisse prouver ce qu'elle vaut professionnellement. Thomas gère les enfants. Pourtant, il sent ou plutôt croit sentir que son épouse s'éloigne de lui. Un coup de fil interrompu et c'est le sentiment que quelque chose d'irrémédiable va arriver.

C'est un homme perdu…