Accéder au contenu principal

Débarrassés du bonheur, Sylvie Aymard

Ed. Grasset et Fasquelle, octobre 2016, 200 pages, 16 euros.

Vivre vite !



Fille unique couvée et choyée, Servanne grandit tranquillement entre ses parents, Marina et Paolo, et l'ami de la famille, Mundi. Quand Marina et Paolo périssent lors d'un naufrage au Vietnam, c'est tout naturellement que Paolo décide de devenir le tuteur de la jeune fille.
"Son statut d'oncle improvisé convenait à tous, il devint indispensable, un membre de la famille. Il était parfait".
Servanne a alors dix-huit ans, et la disparition des siens la choque au point qu'elle décide de renier sa vie d'avant bien confortable. Elle arrête ses études, vit de petits boulots précaires, et déménage souvent sans crier gare.
" Changer souvent d'endroit lui permettait de croire qu'on l'attendait quelque part, qu'on l'espérait peut-être. Servanne se sentait toujours en déséquilibre, inachevée, sans arriver à rencontrer la terre ferme à l'age adulte. Un état qui s'éternisait et devenait un destin par défaut".

Mundi la surveille de loin en loin. De son côté, l'amitié a fait place à de l'amour. Servanne a accueilli ce nouveau sentiment avec l'impudeur de son âge, mais l'a fui lorsqu'elle s'est rendue compte qu'il devenait pérenne.
"Mais avant Servanne il n'y avait rien. La jeune fille était pour lui aussi extraordinaire qu'imprévue. Une candeur dans la souffrance". (...) La douleur de la privation s'atténuait, il espéra se débarrasser du bonheur, redevenir un homme normal, léger et triste".

Depuis, Mundi attend, certain que leur histoire n'est pas terminée.
"Il l'appelait ma disparition, un terme d'un autre temps qu'elle trouvait ridicule. Il lui répétait à chaque fois :
- Je ne sais plus si je t'aime, mais si je n'avais plus de nouvelles de toi, je te chercherais et te retrouverais.
- Je pars d'où je suis !
- Encore ! A force de bouger tu n'as pas le temps de vivre ! "

A  L. Servanne fait une pause. Elle y trouve un emploi stable, se lie d'amitié avec quelques jeunes villageois, apprivoise la solitude dès qu'elle ferme la porte de sa chambre. Lors d'une enquête de recensement, elle croise Sandro, homme discret et solitaire, qui vit dans une ferme isolée. Cet homme l'intrigue, puis l'obsède. Qui est-il ? Pourquoi refuse-t-il de dialoguer ?
" L'étranger l'intriguait, elle semblait le connaître. Il ne donnait et ne demandait rien. Lorsqu'il entrait au café, il lançait son grand corps en avant, plus brutal qu'un pavé".

Sylvie Aymard raconte une jeune femme pressée de vivre, qui refuse toute attache, et qui veut tout, tout de suite. Elle désire être le contraire d'une Eugénie Grandet à la vie morne remplie par des habitudes. "Se cavaler à tout prix, partir avec un besoin urgent de vivre, écouter la clameur aiguë et lumineuse du monde, abandonner ses fantômes qu'elle avait coutume de perdre et de retrouver."
Le chapitrage est à l'image de l'héroïne : court, rapide, impétueux, alors que la prose se veut plus lente. L'auteure prend le temps de raconter, de revenir en arrière, de se poser pour établir le portrait d'un des trois personnages. A l'horizon, se profile un triangle amoureux au centre duquel se trouve une Servanne insaisissable qui demande à être aimer mais refuse l'attachement. La vie doit être une aventure constante ; le bonheur n'est qu'une affaire futile qu'il est trop difficile à obtenir pour qu'on s'y attarde. D'où ces mots de Jules Renard en exergue : "Je suis un homme heureux, car j'ai renoncé au bonheur".

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

L'Eté de Katya, Trevanian

Récit d'un amour malheureux durant le dernier été avant la Grande Guerre, L'été de Katya est aussi un thriller psychologique qui amène inexorablement le lecteur vers un épilogue dramatique. Jean-Marc Montjean est revenu sur Salies, petit village du Pays Basque d'où il est originaire, après avoir fait ses armes à Paris en tant que médecin. Il assiste le docteur Gros, figure locale et coureur patenté. A Salies tout le monde se connaît, et les rumeurs vont toujours bon train. Depuis quelques temps, la famille Treville est venue emménager à Etcheverria, une propriété quasiment à l'abandon. On sait peu de choses d'eux sinon qu'ils sont très discrets.
"Ce premier coup d’œil, par-dessous mon canotier, fut distrait et rapide, et je replongeai dans mes pensées. Sauf que, presque immédiatement, mon regard fut de nouveau attiré."
Lors d'un après midi à révasser, Jean-Marc croise une ravissante jeune fille qui lui demande de l'aide : son frère est tombé en…

Si un inconnu vous aborde, Laura Kasischke

Dans ce recueil de textes courts, Laura Kasischke déploie tout son talent déjà apprécié dans ses romans : celui de mettre en place le malaise, de suggérer l'indicible sans le confirmer, bref d'emballer notre imagination...
Méfions-nous ! Tout ce qui paraît à première vue normal ne l'est peut-être pas ! La normalité n'est qu'un miroir sans teint qui cache de douloureux secrets ou des comportements "border line".
Dans un Midwest englué de chaleur ou gelé, Laura Kasischke rentre dans l'intimité de personnes dont la vie va basculer. Ces gens pourraient être vous ou moi, et c'est ce qui rend ces nouvelles familières pour le lecteur.

« Ici, pas besoin de rappeler aux gens de s’occuper de leurs affaires. On pouvait bien agoniser sur la pelouse, ils étaient du genre à tirer poliment les rideaux pour ne pas nous offusquer en remarquant quoi que ce soit. C’était le genre de banlieue où, tous les dix ans environ, se produisait quelque chose d’abominable. Déco…