Accéder au contenu principal

La Femme brouillon, Amandine Dhée

Ed. La Contre Allée, collection La Sentinelle, janvier 2017, 96 pages, 13 euros.


Il suffit d'une grossesse pour que toutes les certitudes sur soi, le féminisme et le rapport aux autres, vacillent.


"Hétérosexuelle et monogame, je faisais partie des populations à risques, vite rattrapées par le discours pro-maternité. Les femmes intelligentes sont lesbiennes, c'est bien connu".

Pourtant "fruit de trois générations de mères lamentables", voilà  la narratrice enceinte ! C'est le refus d’alcool à l'apéro qui a mis la puce à l’oreille, suscitant davantage de commentaires que son sevrage tabagique.

Il faut attendre que le ventre s'arrondisse pour que la grossesse ne soit plus un concept mais un fait. Et là voilà, elle, féministe convaincue et indépendante à entrer dans le conformisme : les femmes sont-elles faites finalement que pour procréer et assurer la survie de l’espèce ? Dur constat.
Lorsque bébé grandit, le ventre pousse, et la future maman découvre que ce dernier devient "un domaine public". On le touche car cela porte chance, on s'extasie devant lui, on attire les sourires de connivences dans les transports en commun de la part d'inconnus qui vous auraient royalement ignorée ou insultée si vous aviez eu le ventre plat.
"Dans la rue, les hommes s'écartent sur mon passage, plus personne ne me demande mon 06 ni ne me traite de pute. Je suis devenue respectable. Evidemment, ça a un prix. Si je m'avisais d'allumer une cigarette ou d'ouvrir une canette de bière, les regards me piétineraient".
La maternité vous permet d'accéder à un statut à part, un peu flou, et augmente vos incertitudes; vous êtes bel et bien "une femme brouillon" qui se construit au fur et à mesure comme le fœtus qui grandit en vous.

A l'heure de l'enfantement où "le temps s'écoule en doigts et en centimètres", la narratrice, par le passage de la douleur et la perte de la pudeur, va muer en "femme-lézard", pressée que le bébé sorte enfin.
"Il est à moi, jubile la femme-lézard. Il a tout".
L'accouchement transforme une femme. La femme brouillon qui s'est gavée - comme toutes les autres - de livres sur la maternité durant la grossesse, s'est transformée en maman. A elle maintenant d'être à la fois une mère, une maîtresse, une femme : "mes identités se disputent" se surprend-elle. Il ne faut pas brandir la maternité comme un trophée au risque de s'y perdre. A elle de se trouver une nouvelle place dans notre société en constante mutation.
"Je suis encore une femme brouillon. C'est parfait. Je ne suis décidée par rien, mais rien ne me décide".

Les mamans lectrices se reconnaîtront dans ce portrait sans concession d'une femme moderne en pleine mutation. Avec un style sans artifice, direct, Amandine Dhée pose la question de l'identité féminine  dans notre société. Il suffit qu'une femme porte un enfant pour que le regard que l'on porte sur elle évolue. A l'inverse, cette dernière, enceinte, n'a plus le droit au pas de travers.
L'auteur, par son expérience intime, porte un regard aiguisé sur cette aventure et dresse des constats parfois amers. La grossesse n'est pas qu'un chamboulement d'hormones, c'est aussi la remise en cause de toutes nos certitudes et la préparation à une "mutation", le passage du JE au NOUS.

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

L'Eté de Katya, Trevanian

Récit d'un amour malheureux durant le dernier été avant la Grande Guerre, L'été de Katya est aussi un thriller psychologique qui amène inexorablement le lecteur vers un épilogue dramatique. Jean-Marc Montjean est revenu sur Salies, petit village du Pays Basque d'où il est originaire, après avoir fait ses armes à Paris en tant que médecin. Il assiste le docteur Gros, figure locale et coureur patenté. A Salies tout le monde se connaît, et les rumeurs vont toujours bon train. Depuis quelques temps, la famille Treville est venue emménager à Etcheverria, une propriété quasiment à l'abandon. On sait peu de choses d'eux sinon qu'ils sont très discrets.
"Ce premier coup d’œil, par-dessous mon canotier, fut distrait et rapide, et je replongeai dans mes pensées. Sauf que, presque immédiatement, mon regard fut de nouveau attiré."
Lors d'un après midi à révasser, Jean-Marc croise une ravissante jeune fille qui lui demande de l'aide : son frère est tombé en…

Si un inconnu vous aborde, Laura Kasischke

Dans ce recueil de textes courts, Laura Kasischke déploie tout son talent déjà apprécié dans ses romans : celui de mettre en place le malaise, de suggérer l'indicible sans le confirmer, bref d'emballer notre imagination...
Méfions-nous ! Tout ce qui paraît à première vue normal ne l'est peut-être pas ! La normalité n'est qu'un miroir sans teint qui cache de douloureux secrets ou des comportements "border line".
Dans un Midwest englué de chaleur ou gelé, Laura Kasischke rentre dans l'intimité de personnes dont la vie va basculer. Ces gens pourraient être vous ou moi, et c'est ce qui rend ces nouvelles familières pour le lecteur.

« Ici, pas besoin de rappeler aux gens de s’occuper de leurs affaires. On pouvait bien agoniser sur la pelouse, ils étaient du genre à tirer poliment les rideaux pour ne pas nous offusquer en remarquant quoi que ce soit. C’était le genre de banlieue où, tous les dix ans environ, se produisait quelque chose d’abominable. Déco…