Accéder au contenu principal

la Ville : Les Ferrailleurs, 3, Edward Carey

Ed. Grasset, mars 2017, traduit de l'anglais (GB) par Alice Bellow, 576 pages, 23 euros.
Titre original : Iremonger, Lungdon


Point final d'une trilogie qualifiée de gothique, le tome 3 des Ferrailleurs reprend les ingrédients des deux précédents opus pour offrir une conclusion qui emmène le lecteur jusque Buckingham Palace.


Depuis que Fetidborough a disparu sous un océan de détritus, la famille Ferrayor se cache dans une villa londonienne, et ceux qui osent sortir doivent le faire le plus discrètement possible sous peine d'être reconnus et arrêtés par la police.
Dans la grande maison délabrée qui leur sert aujourd'hui de camp retranché, Clod est mis sous verrou par sa famille, soucieuse de garder auprès d'eux celui qui peut inverser la malédiction qui frappe les Ferrayor.
"Il étaient des centaines : des gens partout, tapis dans l'ombre, dressant le cou pour me voir, grinçant, se mouvant, se mouvant dans cette obscurité blafarde, se marchant les uns sur les autres telle une colonie de cafards, tous en vêtements sombres, huileux ou luisants de crasse, avec des têtes allongées ou aplaties, des faciès difformes, des yeux jaunes et terrifiés, des êtres qui, malgré leur aspect humain, semblaient factices".
Londres, qu'ils surnomment Londremor n'est pas bon pour les Ferrayor : les londoniens se transforment au fur et à mesure en objets isolés et inutiles. Seul Clod entend  leurs appels. Un Ferrayor sans son objet de naissance est un Ferrayor perdu...

Séparés dans le tome 2, Lucy Pennant, la petite amie de Clod a survécu au désastre de Fetidborough, et avec un groupe de survivants, tente de se trouver une place à l'abri dans la capitale. En fait, elle cherche surtout à rejoindre Clod qui, elle le sait bien, ne doit pas être bien entouré.

Commence alors dans les rues londoniennes une course contre la montre qui va emmener le lecteur jusqu'à la Reine Victoria herself...
"La mort nous attend si nous retournons sous terre, la mort également si nous restons ici dans les rues, et là-bas de l'autre côté du fleuve, la mort encore parmi les autres morts entassés dans la grande décharge en flammes. La mort partout donc"?
Edward Carey reprend ce qui a fait l'originalité du premier tome pour écrire La Ville et enfin conclure sa trilogie. Même s'il faut lire l'ensemble pour bien comprendre le fonctionnement de la famille Ferrayor, les tenant et les aboutissant, on a souvent l'impression de tourner en rond. Beaucoup de répétitions, d'apparitions de personnages fort intéressants (tel John Smith Inferrayor) qui disparaissent ensuite subitement sans aucune explication. le roman, lourd de ses 576 pages,  nous entraîne dans un labyrinthe urbain et narratif qui, plus d'une fois, embrouille le lecteur.
Il faut aborder la trilogie des Ferrailleurs comme l' ensemble artistique et littéraire d'une seule personne. On entre véritablement dans l'univers foisonnant de l'auteur et dans les méandres de son imagination.
" Imaginez ceci : il y a une rue dans Londres, Londres la plus grande ville du monde, cette métropole foisonnante, qui abrite plus d'âmes que n'importe quelle ville sur la planète, où tout le monde se pousse et se bouscule. Eh bien, dans cette ville surpeuplée il existe une rue vide, une rue morte, une rue déserte.
Comme si l'humanité s'achevait là.
Comme si Londres était devenu un musée, et qu'il n'y avait plus personne pour le visiter". 
Pour découvrir les deux premiers tomes  sur Fragments de lecture :

 Chronique du tome 1


Chronique du tome 2

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

L'Eté de Katya, Trevanian

Récit d'un amour malheureux durant le dernier été avant la Grande Guerre, L'été de Katya est aussi un thriller psychologique qui amène inexorablement le lecteur vers un épilogue dramatique. Jean-Marc Montjean est revenu sur Salies, petit village du Pays Basque d'où il est originaire, après avoir fait ses armes à Paris en tant que médecin. Il assiste le docteur Gros, figure locale et coureur patenté. A Salies tout le monde se connaît, et les rumeurs vont toujours bon train. Depuis quelques temps, la famille Treville est venue emménager à Etcheverria, une propriété quasiment à l'abandon. On sait peu de choses d'eux sinon qu'ils sont très discrets.
"Ce premier coup d’œil, par-dessous mon canotier, fut distrait et rapide, et je replongeai dans mes pensées. Sauf que, presque immédiatement, mon regard fut de nouveau attiré."
Lors d'un après midi à révasser, Jean-Marc croise une ravissante jeune fille qui lui demande de l'aide : son frère est tombé en…

Si un inconnu vous aborde, Laura Kasischke

Dans ce recueil de textes courts, Laura Kasischke déploie tout son talent déjà apprécié dans ses romans : celui de mettre en place le malaise, de suggérer l'indicible sans le confirmer, bref d'emballer notre imagination...
Méfions-nous ! Tout ce qui paraît à première vue normal ne l'est peut-être pas ! La normalité n'est qu'un miroir sans teint qui cache de douloureux secrets ou des comportements "border line".
Dans un Midwest englué de chaleur ou gelé, Laura Kasischke rentre dans l'intimité de personnes dont la vie va basculer. Ces gens pourraient être vous ou moi, et c'est ce qui rend ces nouvelles familières pour le lecteur.

« Ici, pas besoin de rappeler aux gens de s’occuper de leurs affaires. On pouvait bien agoniser sur la pelouse, ils étaient du genre à tirer poliment les rideaux pour ne pas nous offusquer en remarquant quoi que ce soit. C’était le genre de banlieue où, tous les dix ans environ, se produisait quelque chose d’abominable. Déco…