Accéder au contenu principal

BABAYAGA, Toby Barlow

Ed. 10/18, juin 2017, traduit de l'anglais (USA) par Emmanuelle et Philippe Aronson, 576 pages, 8.80 euros.


Il y a du rififi chez les sorcières et elles décident de régler leurs comptes en plein Paris ! A cela vous  ajoutez une histoire d'espionnage, une idylle, et la transformation à la Kafka d'un inspecteur, et vous obtenez un roman un brin loufoque !



Elga et Zoya sillonnent l'Europe depuis des décennies, semant sur les routes les cadavres, la tristesse, et des sorts. Car les deux comparses sont des sorcières, et ont survécu aux guerres en ensorcelant les hommes et en leur soutirant tout ce qu'elles pouvaient.
"La bouche de la femme hurlait des mots incompréhensibles qui ne ressemblaient à aucune langue ; on aurait dit tout simplement une succession d'aboiements, de sifflements et de cris perçants ou gutturaux".
Maintenant que le monde est en paix, Zoya et Elga sont à Paris. Nous sommes en 1959, et la vieille Elga ne supporte plus l'effronterie de Zoya qui prend de moins en moins de précaution avec ses amants. D'ailleurs, à cause d'elle, la police enquête, ce qui les met en danger. Quoi de plus étrange que de retrouver un homme empalé sur une grille sans comprendre comment il a pu être posé là ? L'inspecteur Vidot est en charge de trouver la vérité. Simplement, son enquête est vite avortée lorsqu'il croise les deux sorcières. Pris dans le feu de leur dispute, il se retrouve transformé en puce.
"L'inspecteur Vidot ne pouvait pas s'arrêter de sauter. Ses yeux étaient exorbités, il était minuscule et euphorique. C'était un sentiment extraordinaire, une telle excitation, un tel sentiment de pouvoir : en un instant il avait traversé la pièce, puis en un clin d’œil il était revenu à son point de départ".

Forcément être une puce change la donne, mais Vidot accepte facilement sa nouvelle enveloppe ; désormais sautant de tête en tête, il poursuit ses investigations.

A Paris, Zoya a jeté son dévolu sur Will, un publicitaire américain sur le déclin en façade, mais véritable agent secret. Avec lui, elle sent que sa carrière de sorcière peut prendre fin. Elle est amoureuse, et si elle arrive à se débarrasser de la colère d'Elga, peut-être pourra-t-elle envisager un avenir commun avec cet homme. Sauf que la vieille Babaya est motivée pour détruire ; elle a même enrôlé une pauvre jeune fille comme apprentie. Elle n'abandonnera pas tant que Zoya sera sur son chemin !

Toby Barlow offre un roman foisonnant qui sous couvert de partir dans tous les sens, offre en fait une narration bien structurée. Il y a de l'effronterie à transposer les sorcières Babayagas dans le Paris de 1959. Le lecteur redécouvre une époque, encore marquée par la guerre, mais avide de renouveau. En plus, cela se fait à travers le personnage de Vidot transformé en puce, mais dont la conscience est restée parfaitement intacte !
Babayaga est un vrai roman d'aventures, sans temps mort, avec une dose d'humour, de sensualité et de fantastique.

Pour en savoir plus, la fiche du livre sur le site 10/18 : https://www.10-18.fr/livres/litterature-etrangere/babayaga-9782264068705/

Posts les plus consultés de ce blog

Birthday Girl, Haruki Murakami

La nouvelle, parue une première fois en 2008 dans le recueil Saules aveugles, femme endormie (Belfond, traduction Hélène Morita) raconte l'étrange anniversaire de la narratrice, le jour de ses vingt ans.

Vingt ans, c'est un cap, c'est le basculement vers l'âge adulte, la fin de l'adolescence. La narratrice l'a bien compris, et pour éviter de trop penser, elle a décidé de faire de son jour d'anniversaire un jour comme les autres. Au lieu de prendre une journée de congé, elle préfère effectuer son travail de serveuse, comme les autres jours de l'année.
Dans le restaurant italien où elle travaille, elle fait maintenant partie des murs, et elle sait comment faire pour ne pas attirer les foudres de son patron. L'ambiance n'est pas des plus géniales, mais au moins on la laisse tranquille ; n'empêche il y flotte comme une atmosphère empreinte d'étrangeté, symbolisée par celle qui trône à la caisse :
"On murmurait qu'elle siégeait là san…

L'Eté de Katya, Trevanian

Récit d'un amour malheureux durant le dernier été avant la Grande Guerre, L'été de Katya est aussi un thriller psychologique qui amène inexorablement le lecteur vers un épilogue dramatique. Jean-Marc Montjean est revenu sur Salies, petit village du Pays Basque d'où il est originaire, après avoir fait ses armes à Paris en tant que médecin. Il assiste le docteur Gros, figure locale et coureur patenté. A Salies tout le monde se connaît, et les rumeurs vont toujours bon train. Depuis quelques temps, la famille Treville est venue emménager à Etcheverria, une propriété quasiment à l'abandon. On sait peu de choses d'eux sinon qu'ils sont très discrets.
"Ce premier coup d’œil, par-dessous mon canotier, fut distrait et rapide, et je replongeai dans mes pensées. Sauf que, presque immédiatement, mon regard fut de nouveau attiré."
Lors d'un après midi à révasser, Jean-Marc croise une ravissante jeune fille qui lui demande de l'aide : son frère est tombé en…

Si un inconnu vous aborde, Laura Kasischke

Dans ce recueil de textes courts, Laura Kasischke déploie tout son talent déjà apprécié dans ses romans : celui de mettre en place le malaise, de suggérer l'indicible sans le confirmer, bref d'emballer notre imagination...
Méfions-nous ! Tout ce qui paraît à première vue normal ne l'est peut-être pas ! La normalité n'est qu'un miroir sans teint qui cache de douloureux secrets ou des comportements "border line".
Dans un Midwest englué de chaleur ou gelé, Laura Kasischke rentre dans l'intimité de personnes dont la vie va basculer. Ces gens pourraient être vous ou moi, et c'est ce qui rend ces nouvelles familières pour le lecteur.

« Ici, pas besoin de rappeler aux gens de s’occuper de leurs affaires. On pouvait bien agoniser sur la pelouse, ils étaient du genre à tirer poliment les rideaux pour ne pas nous offusquer en remarquant quoi que ce soit. C’était le genre de banlieue où, tous les dix ans environ, se produisait quelque chose d’abominable. Déco…